L’architecture frontalière [BROUILLON]

Créé par le 02 déc 2015 | Dans : Non classé

San Diego de la Californie; Frimaire, Mâche (le 26 Novembre):

Frimaire, Mâche (26 Novembre): Je me trouve aux États-Unis, qui je pense c’est Lydia parce que, comme une notoriété nicaraguayenne l’a dit, leur culte c’est celui d’Hercule et de Mammon (« où le monde accompagne ») ainsi que la Pamphylie. Et dans cette ville frontalière en particulier, comme l’a dit Terri Windling, on ne parvient pas à voir bien le temps sur l’horloge de la tour.

LES MAÎTRES DERRIÈRE L’EVOLUTION DES gens.

Créé par le 25 mai 2013 | Dans : Non classé

 

0 SANTA KUMA RA, OR MELCHIOR TZADIK,  « IN WHOM ALL THINGS HOLD TOGETHER » [BIBLE, COLOSSIANS 1:17] OUT FROM « JERU SALEM {I.E., ‘PEACE  CITY’ = SHAMBALLA} OF THE FAR NORTH, THE CITY OF  THE

GREAT KING »[BIBLE, PSALM 48:2]; HE BEING  JOHN’S GOSPEL « TRUE VINE [OR BANYAN]« . HIS BACKDROP: THE PRATEIKA  BUDDHAS.Click to view full size image

********************************************************

1

Môrya க்ஷத்ரியர்களுக்கு , a

ராஜ்புத்

********************************************************

2Rishi Koothumi  [see Vishnu Purana Book 3, Chapter 6]

Pythagoras of Samos Pictures - Pythagoras BustLES MAÎTRES DERRIÈRE L'EVOLUTION DES gens.

********************************************************

 

********************************************************

 

4

Sbooue Kwp Sach Oser Api Bey [=  Bek = Beg]

 

Translittération  Hannig Wsjr-Ḥp
Représentation homme avec de longs cheveux bouclés et la barbe

Sérapis au musée national d'Alexandrie

 

Bust by Westmacott

 

 

 

********************************************************

 

 

5

Master Ιλαρίων  Ιάμβλιχος

Hermes de Praxiteles : Hermes by Praxiteles, Olympia, Greece

Jamblique

 

 

********************************************************

6

 

Tzadik יהושעben Joseph called « the

 

Galilean » [see Book of  Splendour {  =

 

Sefer Zohar}, Hayei Sarah,  34:478]

 

********************************************************

 

7Magister  Draco Comitis:


Photobucket

 

 

 

 

Ille erat Hunyadi  Janos, Polonica Eques: Deputatum  voivode

Transylvaniae et  caput a numerus of australibus comitatuum, assumpsit, responsabilitatis pro  defensione fines in MCDXLI. Hunyadi adopted Hussite quemadmodum conveniat uti  plaustra usus militaris. Illum utentem professionalem milites, sed neque  abstinere a movens personam localis rusticanam contra invadentes. Haec nova,  contulerunt, ut ineunte Rebus adversus Ottomanicum turmas praedandi australibus  itineribus in veterum 1440s. Quamvis proelio victum of Varna in MCDXLIV et in  secunda pugna Kosovo in MCDXLVIII, eius « iamdudum Stipendium » trans Haemus ad  circumactum MCDXLIII et MCDXLIV et defensionem Nándorfehérvár / Belegraue in  MCDLVI contra milites duxit ex persona Rege summo ingenio ducis gloria sua  aetate constituti. In Vngaria, traditionem adhuc helds qui campanis catholicae  ecclesiarum sunt cotidie pulsatis meridie ad commemorandum novissimis victoriam,  licet papa Iusserat id in antecessum ante obsidione, in ordine ad confirmandos  militum animos pugnante pro commendasti. John Hunyadi erat etiam exímium  politico eius prae aetatis.

« Bellum Christianorum Principum, Praecipue  Gallorum, Contra Saracenos », Anno Salutis M.LXXXVIII, Pro Terra Sancta  Gestum, Robertus, Remensis~monachus, ille  erat.

 

Ille erat ^ Roger  Bacon: item, Francis Bacon (Dominus Verolamium, Vicecomitis Sancti  Albani. Britannicum scriptori. Francis Bacon erat legisperitum, politico,  historicus, essayist, et reformator, quamvis primaria sui vindicanti fama erat  ut philosophus. Francis Bacon auctor dicuntur esse opera Sum Voluntas Agitabit  Framea [ =Will I Am Shake Spear].

shakespearefolio

 

Et erat ipse Proclus, qui commentati circa Atlantis Platonis et etiam de eons, quae  sunt Radix  Cursus.At Proclus  maior ratio metaphysicum. Nullam habebat latitudinis, id est humanitas,  religionis, litterarum scientia et philosophia. Eius litterarum producstion erat  ingentes sunt. Multis scripturis eius.

DES RÉCITS FAISANT RÉFÉRENCE À DES gens.

Créé par le 20 mar 2013 | Dans : Non classé

DES RÉCITS FAISANT RÉFÉRENCE À DES gens.

“Sauvée!”, par Winlow Homer.

1. LES OISEAUX DE LA TANTE. http://tts.imtranslator.net/O3Xp

2. « MON CHOIX DE RESTER DANS LOS ANGELES N’A PAS ÉTÉ VOLITIVE … Au temps de là, parmi les chamans qu’étaient les fondateurs de ma lignée, les femmes étaient, selon la règle, les  Naguals [gourous], ainsi que leur pragmatisme -le produit naturel de  leur féminité-, mena ma LIGNÉE vers quelques puits d’où  celle-ci  parvint à peine à  émerger! ». -Carlos Castaneda, « Le côté actif de l’infini”.  http://tts.imtranslator.net/O3Xe

3. Danielle, une femme, donna à ma tante  {une autre dame [qui habite dans une voiture décapotable]}, un aviarie en cadeau de  NOËL, puisque cette dernière était la conjointe d’un archéologue-détective aux mondes spirituels: http://tts.imtranslator.net/O3Xm

4. un fou de Bassan [autrement dit un sulidé] dont l’ovum ressemblait un point-virgule gonflé puisque celui-ci était une planète faite de granit afin de ressembler une grenade à couronne; http://tts.imtranslator.net/O3YN

5. un chevalier semipalmé au milieu d’une couvée analogue aux perles peintes par Jean-François Millet et entourées par les ombres illogiques de l’illustrateur Anton Stankonski;  http://tts.imtranslator.net/O3YL

6. une femelle de bécasseau, celle-ci en question portant leur oeufs en bessons et sosies de ce gars qui, pendant la seconde guerre punique, fut puni dans l’intime et le plus privé de son jaseran, donc il devint un eunuque [un chapon];http://tts.imtranslator.net/O3YH

7. une harle huppée ayant mis leurs en sac tel que ce c’est le cas aussi dans les chef  d’œuvre d’art de Van Der Brughen dite “Les parieurs”, dont les habillements sont si invraisemblables!;  http://tts.imtranslator.net/O3YG

8. De plus, inclus dans ce troupeau, il y avait: une paruline  passériforme , ainsi que appartenant aux, ou au moins se rapportant aux passereaux [quoiqu’elle se portait paresseuse aussi!], donnée itou à ma tante par Danielle et portant des shorts de marche et une chemise, et voici que ses germes  avaient reproduit l’apparence aux lingots de quartz;  http://tts.imtranslator.net/O3YF

9. une buse à épaulettes [qui, vous en misez!, diffère tellement d'un faucon crécerelle!]  poussant des cris rauques selon le tempo et le rythme de  Béla Bartók, car il s’avérait être un ptérodactyle parvenu de la Belle Epoque et, en outre, quasiment un vampires, il dormait dans un catafalque.  http://tts.imtranslator.net/O3YE

10. Il y avait aussi: un gorfou sauteur lequel prétendait être, lui, un perchiste de ceux qui bondissent la gaule et même l’outrepassent faisant un matraquage très semblable à celui d’ un psalmiste qui bouquine le Psautier; http://tts.imtranslator.net/O3YC

11. une colombe biset au raffut chambardant tout comme le ramdam de Bach ou le cliquetis de Dvořák ou,oui, le barouf de Béla Bartók et encore bruissant, en fonction de l’ordre du zéphyr et de la bruine, comme la totalité de leur tribu eurhytmique [nommément, celle de tous eux qui braient et sont ainsi lauréats du Puy... il faut que je m'amuïs!]; mais, inversement, les germes de son genre sont vraiment continuateurs de la modèle fournie par le fruit du millepertuis et par les taches Rorschach et une futaille de la capacité d’un muid;  http://tts.imtranslator.net/O3YA

12. l’un des Paridés, une mésange nonnette ayant un stridor propre aux mensonges de Strauss;  http://tts.imtranslator.net/O3Y8

13. une autre mésange, buissonnière ou il se peut que charbonnière ou boréale, déguerpissant du portrait de Hans Von Sibbert Heistch  intitulé «Le courroux»; http://tts.imtranslator.net/O3Y4

14. un grèbe esclavon à qui lui convenait être un rebelle et avoir ses oeufs reflués sous la forme de caillasse;  http://tts.imtranslator.net/O3Y2

15. une sitelle, son croupion blanc bien visible,… elle se livrait à la débauche!; http://tts.imtranslator.net/O3Y0

17. un martin-pêcheur svelte comme Roosevelt, car ils devaient être tous les deux celtiques;  http://tts.imtranslator.net/O3Xv

18. un foulque, bonhomme mignon toujours commutant depuis Beyrouth vers la route de la soie, c’est plutôt à Prague qu’il esquive, après la mode des masseurs, tous les outres oiseaux. Et voici son message:   http://tts.imtranslator.net/O3Xt

19. « DANS MON CORPS ASTRAL je suis sortie en fonction de l’ordre montré sur la toile “Le suicide a l’aube” de Brunier

ainsi que sur celle de Saint_Ours “Psyche enlevee par Cupide » ,là où trois autoroutes à péage s’étendent au-delàde la rue de l’Orme, à la Ville des Anges” … http://tts.imtranslator.net/O3Xq

20. « Mensonges! », interrompt la mésange buissonnière, “c’était sans doute la rue Omar ce qui conduit au temple Jokhang [Chinois: 大昭寺]”.

21. « Mais non, et non plus la rue Ogden, Ord dans le quartier chinois, Ombu  au Jardin Botanique ni aucune autre au démarrage du son « OH»: Orr and Day, Olin, Knoll Oaks et analogues et similaires … ni non plus avec «Ah», telles comme Aliso, Le Juge Aiso, Avalon, Alameda, Alhambra, Alondra, Artesia, Arcadia,  et ainsi de suite cetera”. http://tts.imtranslator.net/O64N

22. A cet instant, un autre oiseaux [je ne sais plus lequel: un seul andain d'une blancheur traversait ses cheveux noirs comme la coloration d'une pie; ses sourires s'estompaient presque aussitôt leur naissance; l’inconfort dans son visage était comme l'expression de ceux qui voient certains de leurs proches manger des grillons vivants] dit: “Il y a aussi la carrefour Effie-Griffith-Hyperion, la rue montante Edloft  et la rue Sheffield dans Los Angeles -toutes les trois rappelant des elfes… http://tts.imtranslator.net/O5SB L’histoire de la conquête des dieux par des mortels qui nous semble tellement inaccoutumée et davantage dissemblable, c’est  néanmoins typiquement celtique; or, bien que la logique de cela ne semble pas être très convaincant pour da Vinci et nos esprits modernes, les elfes sont dits satisfaits avec elle, parce que c’était le certitude celtique que les hommes étaient des descendants du dieu filiforme, et qu’ils sont arrivés de la contrée la plus marécageuse d’elles toutes  afin d’ici prendre possession du monde agonique, actuel; voire, que l’Espagne représentait l’Hadès et l’Élysée celtibère: http://tts.imtranslator.net/O5SC  les os et les armures du “premier parmi des égaux” peuvent, elles, encore être trouvées dans cette tombe honorée, mais puisqu’ il avait peu de désir réel pour les gouverner, nous allons maintenant le regarder sous un jour moins sépulcrale: “Volontiers je le ferai car j’ai été dans de nombreux acabits coutumiers avant que j’ai atteint une trempe agréable!”, ainsi lui, Euchaid le druide, autrement dit Pwyll, le prince de Dyfed,  une fois il fait irruption dans un poème deux fois préservé,  quand il posa son pied droit sur ​​ce sol armoricain, http://tts.imtranslator.net/O5SN et vraiment  sachez que, à la droite des indiens,  il y a une peninsule, appelé la Californie, très proche du côté du Jardin d’Eden , et laquelle a été peuplée, sans qu’il y avait là entre elles un homme, par des femmes qui ont vécu à la manière des Amazones: elles étaient aux beaux corps et robustes dont le courage et la force vive étaient grands; leur presqu’île aussi étant la plus forte dans le monde à cause de ses falaises abruptes et de ses rivages rocailleux. Leurs armes étaient tous de la même métal: l’électrum, et de même les harnais des bêtes sauvages qu’elles étaient habitués à dompter afin de leur  monter,  parce que leur isthme avancé n’avait pas d’autres métaux que le dit orichalque. http://tts.imtranslator.net/O5SO Voire, cette peninsule,  elle, est  la vallée insulaire de Hy-Brésil où aucun vent ne souffle bruyamment et par rallonge elle  se trouve profondément dans un pré heureux et elle  est belle en raison de ses pelouses qui semblent sans faille à des vergers dont les  ormeaux  sont à têtes comme celles des roses [des roues de couple en verticille];  et les roses, elles, sont veloutées au toucher comme des œillets, pas soyeuses comme elles-mêmes devraient l’ être… c’était une merveille, une cour royale, un coteau admirable! Ce qu’est devenu ce pays est un mystère, même pour l’auteur!” http://tts.imtranslator.net/O5SR

23. Moi, l’auteur, j’étais persuadé que je ne voulais pas savoir qu’aucun des deux histoires [ajoutez à cela le fait que son eau de Cologne faisait mes genoux faibles!]; donc, je n’ai pas répondu, ni demandé des précisions. Plutôt, je trille cette roulade: “Le mobilier ne correspondait pas au reste de la décoration!”. http://tts.imtranslator.net/O5S9

24. Fort heureusement, un dernier oiseau nommé Marc Bourgeau et qui était un croisement entre un de ces goélands qui errent Los Angeles au lieu de pigeons, et un hibou ou chat-huant, a bien chanté http://tts.imtranslator.net/O64o : “Je ne suis pas de tout ‘PERSÉCUTÉ, proscrit, chassé de mon asile’, comme le disait le poète Claris de Florian, mais je doit dire que Los Angeles a fontaines d’eau de plus que Rome. Dans cette ville il ya plus de statues qui existaient à Ur des Chaldéens, mais pas d’Hildegarde de Bingen, même si elle atteint sa première année de vie quand la première croisade a eu lieu, et la seconde lorsque quelqu’un a commencé à écrire La Chanson de Roland et Geoffrey Monmouth était né. http://tts.imtranslator.net/O69G  Elle avait 22 ans quand un auteur nommé Omar Khayyam écrit le Rubaiyat, et 37 lorsque Chrétien de Troyes était né. Cette nonne était de 14 au moment lorsque Aliénor d’Aquitaine, célèbre en raison de la première Renaissance, la Catholique, était un bébé, et 66 lorsque le antipape Paschal est devenu le premier de tous. La Mère Supérieure de Bingen a quitté ce monde l’année que les Cathares ont été persécutés et un avant la naissance de saint François d’Assise. Sa vie a coïncidé avec la construction de la cathédrale de Jacques  de Compostela en grès rose. http://tts.imtranslator.net/O69N. Elle a dit à Bernard de Clairvaux: ‘Depuis mon plus tendre enfance je n’ai pas même pour une seule heure vécu sans inquiétude’. http://tts.imtranslator.net/O69d. Et elle a composé Cantiques en latin, comme celui-ci http://tts.imtranslator.net/O6E9 : ‘Inter vos fulget hic artificex, paries templi, qui desideravit alas aquile, osculando nutricem Sapientiam in gloriosa fecundidate Ecclesie’. http://tts.imtranslator.net/O6E6  Et elle a peint Dieu avec trois ailes sur l’univers au carré, et elle a peint l’Éternel se projectant  lui-même dans un fœtus, et elle a peint le démon  comme le symbole qui Zelchin a considéré d’être la douzième planète et aussi comme le monstre Tiamat.http://tts.imtranslator.net/O6EW Ainsi qu’elle valait!”

LA FIN DU CONTE http://tts.imtranslator.net/O6Eb

La verité irréfragable sur les gosses elfiques.

“Perinde est act si scriptum non esset”.

(L’acte est le même que si elle avait été décrétée quoiqu’elle ne l’était pas).

-La Loi de la République.

Dédié à Andrzej Pawłowski.

Comment pouvez-vous, si vous etes un enfant elfique,  survivre dans un cosmos qui est différent de celui que vous avez reçu une formation pour y vivre? (par exemple, au Paradis, j’y avait continuellement une expérience astrale afin de tirer parti de la majesté du lieu: j’y regardait tout à partir du plafond! Plus, je n’avais pas l’obsession que la civilisation rationnelle a avec la causalité mécanique [ce sont les ingénieurs qui forent pour trouver pétrole et qui vont sur la Lune et qui dit: -Lutons!, pas les scientifiques]! Dedans le Paradis vous êtes heureux maintenant; et, puis, l’instant d’après, vous êtes heureux encore; donc, il y a, dans ma mémoire de celui-ci, encore un souvenir d’enfance, des ébats idylliques d’alors, et de tous les animaux [Êtres Horizontales] qui parlèrent avec moi à la manière de Nils Holgerson; de comme la faible luminosité  émise par ses  treillis [d’arbres  {Êtres  Verticales} de corail nu à liège vermillon {comme celle du    chêne-liège ou l’orcanette}, avec plusieurs troncs et des grappes pendule, et lesquels piégeaient la condensation afin de la filtrer dans le sol moquetté par leurs fleurs en boule de neige andrinople] faisait un ruban bouclé de réflexion sur  la crête de mon corps astral  [le seul que j’y avais] lorsque je laissait tomber la rouannette et la  manette, et  me couchais sur ma bannette. De la  même façon, tandis que,  dans un hameau sur la passe d’Avatoru, il y avaient une église catholique et une église mormone fabriquées à partir de polypiers, Tlamco était une  ville-temple entourée par sept vallonements qui marquaient les orbites et les diamètres des planètes, tout en formant également une carte des Pléiades [or, la ceinture de Kuiper est l'endroit où ses escouades de clones décoincèrent Pluton]. Là-bas, dans ledit Tlamco, une avalanche de nappe phréatique artificielle s’effondrait à flanc de mamelon et elle apportait à l’esprit une vision sincère de l’Atlantide dans le processus de naufrage [pensez à l'épopée de Gilgamesh: “Les censiers ne pouvaient pas se reconnaître dans l'averse verglacé de blanquise sombre... plus tard, les dieux {Êtres Illimités}  se réunissaient comme des mouches autour de mon aillade sur la tourbe que je reconquise”]. Voire, il n’existe pas des véritable saison sèche aux Marquises, ainsi que vous n’avez pas à y vous soucier de cyclones; plutôt, les précipitations sont souvent de courte durée quoiqu’intenses. Enfin, si vous cherchez une expérience Robinson Crusoé, l’Hôtel Eden à Bora Bora peut être l’endroit pour vous, et… soyez heureux de savoir qu’il est tout à l’énergie solaire!  Laconiquement dit: l’éther apaisant de ces parcs parsemés dans la céleste Sion c’est en contraste frappant avec leur environnement urbain bouillonnant!).

  Bon, le problème pour un enfant elfique autochtone ne réside pas tant à donner un sens aux faits qu’il doit apprendre, mais de donner un sens au contexte étranger et inexprimé qui (son institutrice suppose, mais elle a des œillères, elle!) est inhérente à l’enfant: pour exemple, elle même pas ne commence  son enseignement avec ces explications: “Les humains (Êtres Perpendiculaires) sont supérieurs aux autres êtres, et la Terre est une tranche de matériau flapi ondoyant dans un univers inoccupé”, tandis  que,  pour les elfes (Êtres Transversaux),  la Terre est notre mère -littéralement!.  Elle, son institutrice,  parle plutôt des plans et des inquiétudes!… Le Paradis Perdu de Milton 10:582 dit: “Méfiez-vous des ruches de femmes gaies!” 

Et voici qu’il était une fois un garçon elfique, Pierre, qui, en raison de la prestation d’indexation, il était  changé en humain (Être Perpendiculaire) sanglotant vis-à-vis  la cloison coulissante de son petit cachot (lequel attenait aux Mystères!). Dans un autre monde, subjonctif antérieur, sa mère la fée (Être Transversale) appelait son fils avec des cris qui montaient en volte-face, leurs membres carillonants clignotant en la Lumière comme le dos d’un dauphin (un poisson ou Être Circulaire) dont les écailles étaient glissantes. Et le bonobo (grand singe à  organisation sociale égalitaire, peu agressif et très sociable romantiquement, qui était, dans ce cas, le subconscient de l’enfant elfique), oui, le bonobo: un quadrupède ou Être Horizontale dont la salive  coulait, il suivait toujours  le tireur de pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant”…  Pas plus!  Mais son triolet, qui avait des  ailes  comme un ange (un Être Vertigineux), un triolet qui appartenait à l’AUM chenu, lilial,  il errait autour de ses lèvres tandis les Êtres Vertigineux  faisaient irruption  dans  une harmonie où aucune note tripotait.  Cet enfant elfique n’avait qu’ounze ans, mais il n’avait pas peur de l’opacité physique. Maintenant, incapable de pioncer, il se tenait à l’arrière du tireur de pousse dont le nom était “Clermont-Ferrant »  afin de regarder son passé  se retrouver  loin derrière lui. Uranus, leur point de départ (que toi, oh, lecteur!, connusse aussi bien que Vénus, elle était brillante et pleine, tournant, par des esquives, le sillage du navire en une large berme de couleur olive (l’olivine est une substance fabriquée de bijoux et trouvée dans les météorites provenant des  astéroïdes. Uranus est de couleur pastel. Son jour et son année ont la même durée et, encore qu’il soit beaucoup plus grande que  la Terre, qui était leur point d’arrivée [plus spécifiquement, Tahiti l’était, et voici que Tahiti est la seule île de la Polynésie française où vous pouvez avoir une nuit bringue et naïve: au restaurant de Arii Vahine il y a une multitude de lumières pendantes faites de centaines de coquilles {Êtres Circulaires}! D’autre part,  vous obtenez beaucoup de sommeil à Tikehau, car il n'y a rien à  faire le soir là, sauf laisser les brises embaumées et la musique d'un trio polynésien vous accalmir dans un état profond de relaxation], les choses ont le même poids dans ces deux planètes, Uranus et la Terre, quoique, comme je viens de expliquer, elles diffèrent par la taille. Aussi,  Miranda, la lune d’Uranus,  manque un morceau dans sa rondeur: il est appelé Vérone Rupes). Tout faisait nuit noire quand l’enfant elfique s’est ainsi réveillé, mais il savait où ils étaient: dans un tireur de  pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant » puisque son équipage était composé de maréchaux-ferrants (un tireur de pousse n’est qu’une grande maison maladroite pour louvoyer la Profondeur Vaste à travers les trous noirs qu’autrefois ils agitèrent [la constellation du Sagittaire et un trou noir sont au centre de la Voie Lactée, et, en outre, dans Arahoro, dont la monnaie c’est e ringgit malais, il y a un trou du souffleur directement sous la route côtière: chaque lame dont  la voix  éructée avoie le récif, se précipite dans sa repaire et, si ladite houle est juste, il  tire à travers comme un geyser, cet embrun du ressac!; et Raiatea et Tahaa sont essentiellement une île reliée avec elle-même par une buse assez étroite {connue comme l'île sacrée, Raiatea est un repaire fascinant pour les archéologues!}], et entièrement en vif-argent, et capable de mouvement sur des godillots Pataugas ronds et noirs de  caoutchouc  grâce à une poste de pesée dans  son milieu tiède, et  dont la locomotive [z, z, z, z,...] est semblable aux chiens samoyèdes [des Êtres Horizontales] quand elle tire toutes ces voitures comme des traîneaux à travers le pergélisol [ou aux chevaux {d’autres Êtres Horizontales}; et voici que, dans la cluse d'Opunohu, vous pouvez monter sur une  selle tous les jours le matin et l'après-midi {sauf le lundi} le long d'un sentier de deux heures qui offre des vues fantastiques sur la chaîne des puys; et Tuamotu est le domaine des petits catamarans gérés par moteur et des voiles]). Bien que ne se distinguent pas les autres Êtres Perpendiculaires (dont, selon l’ Oracle Sibylline 2:225: “Leurs organismes humains, faits solides d’une manière céleste, sont mis en mouvement par l’haleine”) entassés, il pouvait sentir le remugle fade d’entre eux, oui!  Éveillé dans son grabat, il ne voulait pas l’aube venue, parce que, bien que ses yeux ne se fixaient sur aucune trace de l’insondable qu’il scrutait, cependant il était conscient, dans l’enceinte les plus intimes de la pièce dans laquelle il était, d’un bourdonnement indistinct dont le  frôlement murmuré se fit entendre, par exemple, comme une institutrice de la régie interne du  tireur de  pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant » dont le babillage murmurant assouvit un bébé vampirique (Être Oblique) timide et craintif qui venait de se réveiller d’un cauchemar accablant qui l’avait terrifié de peur usuelle et d’intimidation aussi:

-J’ai huit mois, et voici que pendant toute ma vie vous m’avez appelé “Caïnan des Qenites”; mais mon nom est, sur le journal de bord du tireur de pousse dont le nom est “Clermont- Ferrant », “Caïn le premier franc-maçon”; et maintenant vous me dites que je suis vraiment “Caïn le constructeur de Tenochtitlan ou ville d’Enoch (le Mortel Initié)”: que suis-je, l’inventeur de cette malédiction sur la vie oisive des cueilleurs: l’agriculture?

L’institutrice, la Mort, resta-t-elle muette comme une carpe (un Être Circulaire), ni ne pipa-t-elle mot.

-Si vous refusez absolument de me livrer des énumérations, j’ai ma coquecigrue!

L’institutrice s’evertua à nier tout en bloc!:

-Vous n’etes pas froussard, vous? Vous semblez au bout des nerfs, la peur au ventre, ne sachant que trembler; cependant, prennez votre courage à deux mains! Asseyez-vous encore! Asseyez-vous encore! Rappelez-vous ce que Jean Paul II (un Être Perpendiculaire) dit de moi: “Comment est votre silence attentif! Ce sera toujours une partie de moi. Et un jour je me tiendrai tranquille et transparent comme de l’eau qui disparaît dans un lit de rivière asséché (le trou de souffleur d’Araboro?). Mon corps restera. Vos larbins/dieux (Êtres Illimités) camarades de classe vont venir et vérifier que mon cœur ne bat plus.”

-Par la règle de ouï-dire, ce que j’ai entendu ne fût-ce qu’une rumeur à ce sujet; ou, plus précisément, une telle rumeur ne m’est venue jamais à l’oreille; pourtant, j’adorais entendre, oreilles grandes ouvertes et muscles tendus, ce que celle rumeur ainsi me disait à brûle-pourpoint: en effet, je bombais le torso en l’écoutant quand ladite rumeur me trottait dans  la tête!, le lança-t-il.

En ce moment, le tireur de pousse dont le nom était “Clermont-Ferrant » accosta Chez Jeanne, une île privée avec une marina (un port de plaisance) au nord d’un aéroport de conception occidentale de type chevalet de relevage; donc, l’enfant elfique dégaina  son coupe-coupe du  fourreau et il s’ecria:

-Et puis, dans quelle patrie un enfant elfique peut-il ressentir plus de suffisance que dans ma république douloureuse d’Avalon, debout, au sein des rassemblements des stupides mortels (Êtres Perpendiculaires) et le fracas de leur lutte entre le livre et  la larme, par,  provenant de Shamballa,  les bras crucifiés d’un millier de dieux (Êtres Illimités) camarades de classe faits de chair physique?

  Un oiseau (Être Tangentiel) lui repondit:

  -Voici, donc, “Les contraintes sur les domaines caméléon (Être Diagonal) fortement couplés” du test expérimental du principe d’équivalence faible pour le neutron (Le champ scalaire caméléon [Être Diagonal] est considéré comme une cause possible de l’expansion accélérée de l’Univers. Il induit un potentiel d’interaction entre les particules et les corps massifs)! Elles sont dans votre coupe-coupe. Il vous faut le brandir, l’étaler, feinter avec lui!

Deux oeufs de couleur magenta roulèrent sur l’automne herbe lande couleur turquoise; ils frappèrent le coupe-coupe ensemble; chacun d’entre eux rebondit: l’un d’eux s’arrêta sur la lame montrant huit taches noires sur un fond cramoisi: il était une coccinelle (Être Ovoïdal)! L’autre chuta vers le pommeau et s’est immobilisé disant:

-La durée de mon délai de croissance était doublement assouplie; pas résistant, mais ductile, s’adaptant aux situations las plus diverses, souple!

L’enfant elfique s’esclaffa: 

-Mais si: l’action fléchie (déposer une plainte) et l’action torve ( porter une plainte)!

La place? Fakarava: un atoll oblongue; ou sinon, l’octogone géant de l’Ohio: un tertre et l’observatoire le moins exigu de la planète, composé de segments de ligne séparés par des intervalles mesurés, et derrière chacun d’eux se dressant un raidillon juste en dehors du centre. Vous pouvez camper près, par le lac Buckeye,  d’Avril à Novembre.

Par conséquent, il commence à décrire son entourage, il le texte sur son téléphone cellulaire. Ainsi:

Au début de cette histoire, il y a le logos, l’icône et l’avatar d’un gars qui ne me ressemble pas du tout (le “wannabe” [aspirant] et “windbag” [moulin à paroles] Santiago le Sioux Santee de san Diego), et laquelle un copain d’un ami intime entendit; néanmoins, je vais la raconter à la première personne. Ainsi:

Êtes-vous familier avec le parfum des bougies d’Hanoucca éteintes? À cette date, je suis assis là à mon bureau bien que je suis ici seulement pour un semestre. Selon le Rig Veda, à un certain moment dans l’histoire lointaine, les ancêtres de l’homme étaient complètement synesthésiques, mais, pour autant que je suis concerné, le Floréal est un mois terrible dans un campus, mais nous allons tous avoir de moins bons jours, jusqu’à la fin des jours, jusqu’à la fin de nous (je parle ainsi car je ne sais pas ce qui va transpirer maintenant. Je ne suis même pas sûr de ce qu’il est que je veux arriver!). Et puis c’est les vacances de Noël et je suis à la maison (l’automne est la saison de séchage, de préserver, alors que l’hiver est le temps de la faim, de la torréfaction du cochon de Noël autour de la broche):

-Bienvenue!, dit ma jeune mamie la Fée.

-Sainte merde!, moi, l’Elfe, je réponds.

-Excusez-moi!, ma robotique conscience, qui est un témoin de Jéhovah, me regarde livide: ne brisez pas le cœur des jeunes grand-mères, surtout si elles sont sucrées, parce que le plus tendres les vieilles filles sont, le moins moelleux ce c’est de briser leurs cœurs!

-Sainte merde!, je réitère: au cours de la demi-saison, avides sauvages, des gens dangereux, sortent de la forêt d’asphalte: sainte merde!

J’entends d’autres voix. Je pense que la voix d’un théosophe aussi (je n’en suis pas sûr, pourtant). Il dit:

-Dites-vous que rien de mauvais, de méchant, est arrivé. Si vous dites cela assez, il va devenir vrai, parce que c’est la vérité: rien n’arrive jamais!

Ma mamie et moi, nous habitons sur les Heureux. Or, le nom de ce boulevard évoque ses hôtels particuliers dans le Nord, mais nous hantons une partie de celui-ci où tout le monde compte leurs sous (de surcroît, le Bord du Monde est au-delà de sa voie ferrée, juste sur celle colline d’Hollywood où les Indiens Cahuenga envisageaient l’océan Pacifique à leur droit quand ils étaient à vélo [d’autre part, les Winnebago {winǐpig, «vente eau», Chippewa; les «Gens de l'eau à vendre», Winǐpyägohag} sont une tribu de la famille linguistique Sioux. Dans leur culture matérielle, les Winnebago sont nettement personnes en bois, et leurs maisons et la robe sont pratiquement identiques à ceux des Sauk et des Menominee et d'autres. La même chose s'applique à leur travail de la perle, et il y a des preuves considérables pour montrer qu'ils ont eu par très longtemps une industrie de porc-épic caractéristique. Dans leurs vêtements, des mocassins, des ustensiles de cuisine, les bras et à d'autres égards, ils montrent marqué caractéristiques individuelles qui, cependant, n'ont pas été étudiés à ce jour. Et les Wendigos? Bon, des chasseurs ou des personnes perdues qui sont restées trop longtemps en état de famine {particulièrement en hiver} se tournent vers cette pratique en dernier recours et deviennent des Wendigowak {Wendigos}. Or, le Wendigo, un géant squelettique sans lèvres ni orteils et au cœur de glace, est émacié à un point extrême, et chaque fois qu'un Wendigo mange une autre personne, il grossit en proportion de ce qu'il vient d'avaler et ressent à nouveau la faim de sorte qu'il n'est jamais rassasié]). Maintenant, je saute la ville jusqu’à ce que je suis tout à fait exempt de son plan d’existence: il y a beaucoup de fétides petits trous dans l’univers si leur odeur et la compagnie ne vous dérange pas (dans mon cas, le vent remplace la puanteur de sorte qu’elle est supportable)! Donc, je parcours le chemin de briques vers le pavillon des sciences humaines, qui se cache et se profile vers moi. J’y ouvre la porte solide. J’ouvre les yeux. Je suis une salle grise (je veux dire, parfaitement grise!): elle s’agit d’un appartement de chemin de fer, huit étages plus bas, voire d’un espace ouvert bondé, le meilleur endroit pour examiner des plans en détail. Je vois la tour Eiffel: j’effectivement regarde la tour Eiffel, bon sang!, et donc je sais que je suis dans le pistachier térébinthe en forme de labyrinthe et de colonne creuse de style corinthien dit “Elonei Mamre” dont l’écran du téléviseur montre un chien à trois pattes qui est toujours rôdant dans et hors du tableau [il est le gardien de but, l'un des monstres, ou forces primitives, qui existaient avant les dieux, et que Jupiter emprisonna dans le monde souterrain, ou dans le sol]. Il dit hochant la tête vers l’appartement à la Vierge:

-Elle habite dans un appartement en bas de la onzième étage. Le sien est un cauchemar d’une basilique byzantine laquelle était grecque; mais maintenant elle est russe, et,  bien sûr, elle a, tout comme son constructeur, connu des jours meilleurs en ce qui concerne la beauté: elle a son nombril percé par une pierre précieuse minuscule! Or, je ne sais pas où dans le palais, c’est qu’elle mange: peut-être au restaurant faux polynésien où les flics répandent la table avec un chiffon bleu de minuit: il ressemble à Noël pour moi!).

J’y vais et j’y trouve des leçons sur la manière de se comporter comme un léopard des neiges: les coussins y sont creusées par le corps d’un chat. Je décide de me baisser et de les toucher (donc, je pense qu’ils sont encore chauds), car mon père était un jaguar qui était égale à une douzaine de ratières et le favori à la maison (son maître avait une forte camaraderie avec lui, mais pas d’affection); et voici que le minet de la Vierge trouve la porte entrouverte et il commence un peu d’exploration: cette scène révèle un trait remarquable de la nature féline, à savoir, son raffinement inné de comportement que le domptage ne peut reproduire avec n’importe quelle délicatesse! Ensuite, il devient Vlad l’Empaleur. Comme je prends le siège dont il me fait signe de m’asseoir, je regarde à travers le seuil de la soupirail, et je vois que l’arrière-cour est un verger unique de grande qui fleurit toutes sortes de teintes panachées: ce sont les âmes de ceux qui sont morts en croyant au Christ de la Compassion Crucifié! Donc, je lui dis:

-Monsieur le Comte, voici qu’il est nuit d’automne dans La Vallée Heureuse, entre l’Aiguille Creuse et le moulin à sucre de Puunene, et que les revers de fumée de la tente en forme de cône du Christ battent doucement dans la brise tandis que je reviens sur le sentier incertain et j’y cherche les fleurs sauvages (elles sont des petites gens, et leur souffle est parfumé pendant les fruits font leur chemin en bas de la branche: ceux-ci sont encore liquides, ou quoi qu’ils soient avant leur naissance, tout comme la Place des Drapeaux [chaîne de postes vacants dans le but de prétendre que ce nom est justifié]); donc, je veux le voir, le Seigneur Maiteyya, le Christ, non pas dans une vision, mais directement, comme Bhavaviveka l’a fait!

Comme un résultat, dans un univers parallèle, ou un univers divergent, je sors du train qui vient de Kaanapali, j’arrive à la ville de Lahaina et je tourne entre le Cimetière des Marins et le Cimetière Épiscopal (pas tout à fait le Cimetière Wainee, cependant), en direction de la Salle de Lecture des Maîtres, ce qui est différent du jardin des Dieux dans l’île de Lanai. (tandis qu’en Beverly Hills beaucoup des petites mafias fonctionnent, et quelques grandes, passent en contrebande leurs morts, sur la ligne municipale, à la Ville du Siècle). L’Empaleur (bien sûr, il n’est pas complètement mort!) me fait hausser les épaules et hocher la tête. Je me retourne. Personne n’est derrière moi! Mais ensuite, j’entrevois un visage amusé: le sien (pas avec mes yeux, mais dans mon cerveau). Il saisit le sang écarlate de l’auto liquide. Il ouvre le cœur de mon être, de mon souhait! La pluie ne nous touche pas alors que nous marchons ensemble. La foule se torde autour de nous comme il fait son chemin devant moi. Le coffre de notre voiture est ouvert. Mes vêtements sont mouillés. À Maui, entre les ruines et le Monument Catholique, l’autoroute 31 a une section rugueuse, non pavée et soumise à une forte érosion. J’y marche dans l’odeur apaisante de cigarettes et d’échappement de voiture, parce que je suis venu de Los Angeles, une ville de roues dans laquelle je toujours regarde des deux côtés quand je traverse une rue et je trouve combinaisons pittoresques de bâtiments: par exemple, je vois certains de grisâtres dissemblables à travers Boyd Street en direction du centre-ville. En outre, je lève les yeux et je trouve des statues là-haut; par exemple, les deux géants (qui représentent l’architecture et de la sculpture) couchés paresseusement tout autour le nain folâtre au carrefour de la septième rue et l’avenue Figuier. Le minibus (ou Ladot, car à Los Angeles vous attendez, pas Godot, mais Ladot) à l’intersection de Santa Mónica et Le Marais est vide, ainsi que nous pouvons le prendre, mais nous optons pour trotter à la place où le Seigneur Généreux habite. D’abord, je trottine avec lui, l’Empaleur, pour un bloc vers la rue du Printemps (je pourrais faire un tour dans un panier aussi: je siffle quand l’ascenseur me prend! Ensuite, personne ne voit mon saut; mais, quand je frappe le trottoir, ça sonne… comme un coup de feu!), et, au Parc des Échos, nous pouvons voir le nom d’Hollywood en lettres cendrées épaisses en forme d’explosion des signes d’autoroute (au Parc National de Haleakala il y a une boucle d’épée d’argent, une piste de cascade, un puits sans fond et au moins deux surplombes). Droit devant la plage de Santa Mónica, la quai sombre de Malibu plonge dans la plage déserte. Au-delà, il y a le quai de la Grande Roue de Manège (le “joyeux-vont-rond”). Mais, voici que la Rivière Los Angeles, elle courses sur le béton, pas comme notre fleuve, le Rhône! On y trouve de nombreuses chaînes de wagons, chacune avec sa petit opérateur. Enfin… voici Maitteya! Quand je regarde dans ses yeux je me procurer une nouvelle compréhension de pourquoi les gens le suivent. Il me permet de le regarder aussi profondément que je veux. Il n’y a pas de barrières à l’intérieur. Il n’y a pas le moindre soupçon d’auto-défense. Je sens l’énergie qui vient de lui comme s’il était un poste émetteur cosmique: c’est tout à fait impersonnelle, mais bon, mais dangereux, comme l’hélice d’un paquebot. Son culte du Grand Mystère est silencieux, solitaire, libre de tout égoïsme. Ses plans peuvent s’adapter, mais son but est immuable. Je n’aurais jamais imaginé que ce serait sa compassion, et non l’intelligence des gens orientés vers l’utilisation de leur esprit, qui nous sauverait! Quand il arrive, ses bagages sont rares, parce qu’il n’a pas un sentiment d’insécurité, et puis il les laisse tomber ni négligemment ni avec soin. Il n’en demande pas la permission (mais, pourquoi le ferait-il?) Son visage ne ​​montre aucune espoir ni soulagement quoiqu’il me reconnaît (je le reconnais immédiatement: je n’avais jamais connu une telle vénération pour n’importe quel autre mortel quoiqu’il est un homme simple en apparence: il ne semble pas différente des Hwarangs d’accompagnement (ces chanteurs font entendre leur voix à l’unisson: leur musique est irrésistible [je reconnais parmi eux un condisciple de la classe de rhétorique, mais il ne fera pas de contact visuel avec moi. Iil frappe à l'air: il doit être en train de décrire une lutte dans laquelle il a participé, et plusieurs professeurs orientaux de langues occidentales de l'université privée féminine {leur posture suggère un alignement parfait entre le ciel et la terre} le regardent!] Dans les histoires qu’ils racontent, il y a maintes de mauvais esprits: ceux-ci hochent quand je promets aider; mais, lorsque l’esclave [celle qui s'habille dans les vêtements de tout le monde] promet aider, ils restent silencieux et ils rougissent, et l’esclave semble avoir honte à cause de cela. [quoi qu’il en soit, peu de temps après le déjeuner, elle commence son perlage. {sa culotte est mouillée, mais sa composition est intact:

-Elle n’est pas un de ceux qui pleurent, disent-ils, même si, apparemment, elle est l’un de ceux qui se pipi!, ajoutent-ils}];

mais nous ne sommes pas appris à les craindre, les mouvais esprits [nous sommes encore sourds à la langue anglaise]); Son air renfrogné est son expression permanente:ce n’est pas une réaction à ce que vous venez de faire. Il est la personne la  plus détendue qui j’ai vu: il se déplace comme un chat, comme un homme entrer dans son salon en pyjama. Il n’a aucune trace d’artifices en lui, ni d’empressement émulateur ni de fatigue sans grâce. Son action semble totalement dépourvue de préméditation ou motif personnel. Dire qu’il ne semble pas se soucier de ce que les autres pensent de lui, c’est peu dire! En un sens, il semble tout savoir, d’être une longueur d’avance sur tout le monde, mais dans un autre sens, il semble tout à fait ouvert et innocent. Son langage corporel parle d’une perfection et de une paix inviolable. Il semble que même ses petits doigts contient un enseignement qui vient comme un parfum, et cela se reflète dans son auditoire comme dans un miroir. L’entendre dans une conversation avec quelqu’un, c’est comme participer à un dialogue avec lui directement. Il ne fait pas de grands efforts pour satisfaire nos esprits, mais il répond à notre incompréhension d’une manière qui nous élever à un nouveau niveau de voir les choses et d’être réceptif à ce qui est disponible. Il parle toujours comme si chaque auditeur sait autant que lui; et il se sent déçu, car ils ne savent pas! Il ne prononce jamais des harangues; il parle toujours comme s’il s’agissait d’une conversation entre frères et sœurs. Il dit:

-Vous pouvez apprendre davantage sur le limité, mais vous ne pouvez rien savoir à propos de l’illimité. Et la prise de temps peut-être une illusion dans ce domaine, et elle peut être un ennemi! Donc, s’il vous plaît, contemplez sans recourir à l’observateur, qui est l’essence de la mémoire (le penseur est créé par la pensée). Cela conduit à une liberté sans choix, sans goûts et dégoûts. En outre, le doute est un purificatoire du cerveau et le cœur. Et, bien qu’un poète mesurera le silence concomitante avec des mots, les mots ne sont pas ce qu’ils décrivent. Alors, au lieu de cela, soyez si sensible que jamais il n’y aura aucun regret ni aucune blessure en vous. Enfin, les institutions ne peuvent pas changer profondément les êtres humains!

J’ai dans mon esprit de rester le plus récalcitrant que possible, mais il existe quelque chose dans sa manière qui fasse obstacle. C’est pour cela que plutôt je dis:

י וְעוֹד מְעַט, וְאֵין רָשָׁע; וְהִתְבּוֹנַנְתָּ עַל-מְקוֹמוֹ וְאֵינֶנּוּ.

יא וַעֲנָוִים יִירְשׁוּ-אָרֶץ; וְהִתְעַנְּגוּ, עַל-רֹב שָׁלוֹם

LA FIN

Avait-elle un nom? Je me demande! Je ne serais pas surpris si elle n’avait pas de nom! Mais elle avait un corps chaud et profond. Et, pendant une de celles  paisibles, spleenétiques tombées de la nuit qui viennent le long des soirées suaves d’octobre avec un pressentiment de printemps, elle était éclairée par la Lune (la Lune était animée dans les grandes lignes, mais sa silhouette était impossible de saisir un profil car elle s’est révélée si  éloignée), elle était éclairée par les feux d’artifice, éclairée par les menorahs/arbres de Noël (lesquels étaient des banians englobantes qu’imprègnaient tout), elle était illuminée par les lampadaires iridescents (approchant l’ultraviolet ) à vapeur de mercurede haute pression germicide sur des tours penchées et polychromes, elle était illuminée par les phares miroitaiants des ballons/cerfs-volants multicolores et des aéroglisseurs versi-colorés (pas de combinaison ici de la teuf-teuf des pneus de taille différente!), illuminée  par la lueur de sa  montre bariolée et par les  enseignes lumineuses au néon opalescent lesquelles dernières pourraient se lire comme suit:

“Oh, cher lecteur!,

Tu bats les feuilles

des charmilles

comme des cartes

…les secoues comme des dés!

Tu vas remplir la tonne

en lanière suédée

qui  verse l’automn

sur la terre essarte”.

Le nombre de personnes qui détestaient sa barbe (qui avait l’air d’une ombre  appliquée) était plus grande que ceux que pas -exactement ce qu’elle espérait, puisqu’elle était une femme, et les femmes ne vivent que pour protéger leur approvisionnement limité d’œufs et par conséquent elles sont trop pratiques! Pourtant, plutôt que de la folie, elle souffrait de quelque chose qui ressemblait à la folie: une personnalité ouverte que mettait les gens à l’aise, et aussi elle n’était pas trapue  comme moi -seulement rapide sur ses pieds (alors toujours prenant, comme un étirement élastique, un détour dérivant en aval, parce qu’elle voulait avoir des informations en temps réel, sur tout en dépit du vitrail déséquilibré et en décalage sur lequel elle se penchait légèrement de sorte que j’étais mal à décider si elle le touchait même [ce vitrail était un trou noir, ou trou de ver, entre l'avenue Montaigne dans le 8ème arrondissement et le boulevard Voltaire dans le 11ème arrondissement]), et d’ailleurs elle  apporta  la convivialité à son équipe en donnant des précieux conseils à tous   ceux qui se rapportaient à celui-ci; par exemple (sa voix lui arriva seulement après plus d’un tour et détour): “Si vous voulez rencontrer quelqu’un de sympa (ceux qui sont doués avec des oreilles pointues comme les miennes, lesquelles ont une valve qui jauges lorsque des questions sont propres et qui répond en conséquence, car je n’ai jamais répondu à aucune quès qui n’avait pas besoin de réponse), vous devez être attentif à vos alentours en vous flânant: ce c’est le premier fragment du savoir que j’ai appris dans l’académie quand j’étais encore tellement queutarde et une wagonnière, avant que j’étais devenue  vierge!”.  Sa toilette (qui était, bien sûr, son auréole projetant ses Watrin en satin qu’elle avait jetés avec sur une paire de chaussures en cuir verni à l’oubli,  sa  portée, sa   mandorle, sa vesica piscis [vessie du poisson]) n’était pas jolie ni mignonne, ni se portait délicate non plus, mais s’agissait des habillements frustes qui  firent pour un déplacement facile (elle donnait l’impression qu’elle était en train de profaner la notion même de porter des vêtements!) -cependant, une telle tenue  (Pyjama: du Farsi «py», signifiant «jambe»; et «jama», ce qui signifie «vêtement») ne  paraissait  pas particulièrement hors de propos sur elle parce qu’elle n’était pas grosse, quoique, quand elle se levait, elle ressemblait à un rocher soudainement matérialisé dont la compacité toujours me prit par surprise (elle était le point d’appui de toute turbulence (un orage qui tournait les pages de mes 25 000 bandes dessinées!): elle n’a jamais eu à se déplacer,  sinon que, plus précisément, cette action était ce que tout le reste du monde avait à accomplir).  Elle avait ses cheveux en chignon avec une poussée stylomine à travers celui-ci, et le but de ce fusain était d’écrire les mots suivants:

“Oh, cher lecteur!,

pourquoi dois-tu structurer maintenant une nouvelle Jérusalem

où tu vas construire ta ville champignon?

Une bastide sans murs, sans le libertinage,

est là déjà en cours!

Et qu’elle est ravissante: c’est bien dommage

que l’huissier peut arrêter cette bourgade,

cette fourmilière des mœurs et des argots,

des habitants nés libres,

d’expéditions, du gaz d’échappement et des dalles

(tes cauchemars sont y pris entre deux planches

[souples, juste au cas où tu risques de tomber vers le bas]

sous un linoléum qui est  aussi déformé que toute autre chose)!”

Sa queue changeait de position tout le temps au bout de quelques lambeaux de leurs pignons, mais personne n’a jamais pu les voir changer de place. Pareillement, sa figure attira l’attention non pas à cause de ses traits, mais à cause de son langage de corps (eh bien, plus: quand quelque chose lui fit froncer les sourcils et tricoter son front, ses muscles faciaux s’étaient avérés à se débrider dans des directions opposées les uns aux autres, et, de ce fait, allant dans tous les sens, eux, les muscles précités, réagiraient en beuglement aphasique).  Présentement, en attendant, une pièce musicale (de Steve Wonder: “Ce n’est pas la Veille de la Toussaint; en fait, c’est juste un autre jour ordinaire, mais il est quelque chose de vrai fait de ces trois mots que j’ai envie de te dire: -Je t’aime”) qui dura un moment instantané fut bien jouée -nommément, à l’occasion de la dite torture musculaire, qui s’ écoula pendant  un instant momentané,   pendant lequel elle soumit tous les biceps de son corps à l’interrogatoire quand elle remarqua qu’elle avait trop hermétiquement tenu son sac, et voici qu’elle savait que la gâchette de sécurité de sa masse musculaire avait été branchée, mais encore elle se sentait  crispée durant, ainsi rendant son visage avec bien moins de la symétrie (heureusement, grâce aux partitions du rayonnage de la bibliothèque où elle se trouvait, aucun autre utilisateur d’ordinateur doté d’écrans de contrôle avec des angles de caméra interchangeables [car ils se  révélaient être des boules de divination aux images virtuelles  vis-à-vis, faisant face mutuellement, en dehors de la distance focale de leurs miroirs convergents pour feuilletons philosophiques holographiques interactives] pouvait la bigler). Or, il y avait dehors un perron, construit  dans le style des rampes, lequel est encore aujourd’hui un monte-charge qui s’élance et plonge entre Mercure et le cosmodrome qui couvre tout le plateau du Pamir, et dont les marches étaient à l’époque ouverts aux éléments, et lequel elle n’avait pas l’intention ni le gré à y monter avec tous les ex- taulards du quartier; mais, une fois qu’ils tous commencèrent à effectuer cette ascension sur les barreaux comme des attroupements en formation -en phase les uns avec les autres, mais leurs pieds balayés par la lame de fond-, elle était étonnée de constater qu’elle était bien adaptée pour réaliser un tel  grimpage à l’étage quoiqu’elle ne put s’empêcher de garder toujours la haute poignée sur la main courante de cette échelle de Jacob, et par surcroît elle s’arrêta à maintes reprises afin de se brosser les cheveux ainsi que la sueur de devant les yeux, autant que  dans le but de réajuster son sac diagonale (il contenait le briquet de  Pierrot: le briquet était mince et coûteux d’allure, et il appartenait à Pierrot, le briquet: il alourdit le sac plus que trop, mais il ne changea pas la forme globale du même). L’échelon supérieur avait été étiqueté ainsi: “Voici  la dernière étape du ghât « : par conséquent,  elle avait gagné quelque chose de  plus important que la convenance  de ses pairs (si vous avez de l’argent vous pouvez gagner du temps! [la plupart des gens pensent le sabbat une journée de repos, mais samedis étaient pour elle des potron-minets à ne pas en profiter {ce jour-là, le mercredi des Cendres, j'entrevis dans ses yeux un plaidoyer adressé à moi, mais je n’en pouvais pas rien faire, bien entendu: je  suis rarement venu à l'heure lorsque nous avons eu un rendez-vous, et elle y n’était en aucun cas en retard! <il s'agissait ici réellement de notre pratique courante>. Voire, j'étais un coquin et elle était un exécuteur de la loi: la vie est si étrange!}]): elle avait pris son premier pas vers l’indépendance!… Quoi qu’il en soit,  le temps atmosphérique sembla s’arrêter vers le bas (il tonnait et il pleuvait, donc pétrifié entre son propre rire et ses propres larmes) lorsqu’elle arriva au milieu des baobabs encombrants où, outre, un séquoia géant avait étalé ses branches comme pour protéger un hangar (les êtres vertigineux avaient  passé des années à créer dans le ciel une mémoire de ce lieu qui était un vieux bâtiment, mais aussi un immeuble avec du caractère) dont le sobriquet était Le Quartier Chaud (quelle chasse!, quelle chierie!), parce que dans lui les gens sans abri, pouantes comme du soufre, dormaient -ce qui explique pour quelle raison des cartons étaient disposés comme des couettes a litière dans lui, et pourquoi il y avait de nombreuses revues (montrant ce palimpseste en caractères Elzévir sur  ces housses d’emballage:

“Oh, cher lecteur!,

sur le rez-de-chaussée cassé ici et là

plus d’un esprot fétide se couche;

une boutique de tabac est proche;

les ptérodactyles

à leur pterygoideus

ont recours

pour y s’alimenter;

Le clébard hargneux qui agace tous les passagers

près à vos talons d’Achille avec glapissements aigus il mouches

-un ichthyosaure qui vous ronge les psoas iliaques!;

y gémit la fille des rues (dans la vie, elle était un otorhinolaryngologiste)

et y hurle plus rauque son épouseur l’ornithorynque…

inscrivez-vous pour les cris aigus et les glapissants stridents!”)

et quelques boîtes de conserve sans des couvercles éparpillées un peu partout dans l’endroit concerné, plus de la moitié comblé par le matelas dont les dormeurs occupaient à peu près rien, mais où ils avaient laissé un empreinte claire sur l’oreiller. Cet hangar, ou dépôt, était de la taille d’une salle de classe (où l’enseignant écrit au tableau:

“Oh, cher lecteur!,

où tu es assis,

dix mille ans avant le présent

un palais de jade

qui était un château de jaspe

mangea l’espace-temps

-personne n’y était donc émacie!”

et les éleves en commentaient: “Nous n’en pigeons qu’un quart de tour!”; ou bien: “Nous n’en pigeons que nous dallions!”), et il était L’Académie de la Bière, 88 bis du Port-Royal, où les bancs étaient en bois dur et il était si étroit que les coudes devaient être maintenus ensemble: un débit de philtres qu’elle visitait de temps en temps (elle utilisait ce temps pour réfléchir et elle aimait son ambiance à l’ancienne!). Maintenant c’était l’été, mais, en ayant recours à des bouteilles sans fioritures et des flacons ornés (tous les deux appartenant à un temps jadis  révolu), elle commanda du nectar chaud et elle but cet  hydromel en taciturnité, comme un chaton de léopard des neiges léchant du beurre, du fromage à la crème et de la caillebotte: elle savoura  en effet chaque goutte de cet élixir!  Aussi, elle amorça de son écuelle avec une spatule en argent fin, aux yeux bandés, des miettes d’ambroisie plusieurs fois par tour de main  jusqu’à ce que ses digits apprirent par cœur l’ambiance de lesdites impulsions (elle regarda ses petits doigts [tout à fait vaseux de soma { liqueur rituelle de l'Inde védique} quelque chose de bien] comme si ils étaient quelque chose de bizarre ou tout au moins égarés -tout en diffusant ses poings comme si elle était dévoilant un secret fascinant): celles   acquirent le rythme d’une clin d’œil et comme un résultat ses avant-bras et  ses ongles  s’arrêtèrent de se secouer.  Néanmoins, enfin, elle calta laissant derrière ses journaux froissés; oui, elle quitta le café chantante, s’écarta de son journal chiffonné qui cite de cette façon les archives akashiques (d’une voix rauque, car il y avait une bouchée   coincée dans la gorge):

“Oh, cher lecteur!:

Ton récit a été entendu et pourtant, il n’a pas été dit,

Ton fruit est tombé et pourtant tes feuilles sont vertes;

Ta jeunesse est passé et pourtant tu n’es pas vieux;

Tu as vu le monde et pourtant tu n’étais pas vu;

Ton fil est coupé et pourtant il n’est pas essoré,

Et maintenant tu vis, et maintenant ta vie est faite”,

et elle s’en alla disant: “Comment le mois entier appelé pluviôse s’est-il  écoulé sans qu’aucun de ses jours m’aie paru bel et bien durable?” Elle ne pouvait pas croire qu’elle avait passé un siècle de sa vie dans cet établissement sans question ni mécontentement! (Or, sûrement ses quenottes de vampire étaient au-delà de l’aide  de toutes les formes de l’orthodontie, mais quelqu’un aurait dû lui apprendre à se brosser les crocs correctement?).  C’était, donc, un bled de transition entre ll’experience réelle et le  monde imaginaire (bien sûr, le monde n’est qu’un grand rêve brisé): elle y s’apaquelina, elle tressaillit raide en attente que la durée  amorça le fil du temps (“Tic-tac, tic-tac”, horloge à balancier pendulaire à coucou consciencieusement y comptait le temps; le temps avançait chaque jour d’une journée, la différence entre un jour et le lendemain s’affaiblit, une journée était aussi l’autre, mais elle n’avait jamais s’ennuyer), elle s’est mis à respirer l’air de ce nouveau patelin, elle  choisit de s’y retrouver à travers le royaume silencieux de la fantaisie et de la mémoire; elle commença à s’adapter à sa pesanteur (chaque fois qu’il semblait que le temps climatologique était sur ​​le point de retarder  l’averse à lui réprimer, voici qu’il s’attaqua à pleuvoir de nouveau.  Et le rafales venant de l’ouest lui apportaient, à elle,  le remulge des passerelles lointaines qui sinueusement et tortueusement et manquant de trottoirs (puisque les farfadets nantis préfèrent, au lieu de cela, cultiver en face de leurs  demeures celles corolles ignées, ondulées -flamboyantes- peintes en raccourci par Van Gogh) coupèrent en deux les pâtés de maisons, où beaucoup de monde pullulait: une populace grouillante constituée par des foules tumultueuses et des cohues fraiseuses serpentant tourbillonnantement. De plus, avant qu’elle ne le savait, elle était entourée par le bourdonnement de causeries étrangers en situation irrégulière (sans papiers): sans doute elles sont venues à travers les vasistas? (même après la  sensation directe de  cet événement fortuit se mit  à s’estomper, son cœur conserva l’impression profonde du hasard implicite):  “Qui est Isabelle d’Israël? » « Elle? Huit ans plus jeune. » “Comment savez-vous des trucs comme ça?” “Parce que je suis  votre aîné d’onze années!” “Que faites-vous en colère? Est-ce que vous êtes en colère parce que votre soi futur doit mourir à un moment donné?” “Il s’agit d’un tas de choses!” “Mais vous êtes vraiment en colère, n’est-ce pas?” “J’en vais garder le silence: voyez-vous?: je fais un geste pour indiquer que mes lèvres sont zippés!” “Oui, votre mutisme conspirateur se glisse dans la mezzanine où nous sommes!” “Je voulais m’entendre le dire, mais jusqu’à présent je n’ai pas eu ce luxe; donc, de préférence, je vais rire avec ma bouche fermée de sorte que je sonne comme un kookaburra ou une hyène ou un crocodile qui sanglote ou comme un saule pleureur.” “Moi, je vais faire écho de votre dernier énoncé afin d’en confirmer  l’exactitude grammaticale.” mais c’était comme parler à un mur: quand un interlocuteur se tait, c’est comme si personne étaient là au tout!  -en tout cas, vu qu’elle me regardait  de ses quinquets inébranlables comme si j’étais l’un des ouvriers en trompe-l’oeil qui mettent une pancarte au-dessus 52, rue de Belleville, moi,  l’auteur, j’offris aucun commentaire même si elle parfois vacilla dans son compte, si son émotion adsorba toutes les ondes sonores dans le voisinage: “Âha!! C’est le monde qui n’est pas ici!”, elle s’installa à bouger ses doigts en trois dimensions, et même quatre (certes: nous  étirâmes à l’improviste, de l’air mince, de  la soie arachnéenne pour l’appliquer à nos objets moelleux!); -en effet, elle est  allée lui voir de plus près, là-bas avant l’aube, au milieu des voies de circulation: un terrain vague de la nature sauvage qui existe au niveau des extrémités de la nulle part et lequel garde toutefois l’exhalaison de la vie: il était habité par nos êtres secondaires,  Les Gravoches (qui gueulaient avec une voix perçante leur métier de sorte qu’ils  réveillaient  les femmes de ménage assoupies, engourdies. Aussi, Ils portaient des jeans et des mouchoirs de tête dont le cachet était “Niños de Lorca”); autrement dits  La progéniture de  la Gaieté (laquelle n’était pas  des Xeroxs qui voulaient vous dire comment les choses se passaient au lieu de la façon dont vous vous  rappeliez d’elles, ni elle a besoin de l’autorisation de personne pour acheter un paraboloïde hyperbolique au magasin Duprey dont l’adresse est 5 rue Tryon et qui est caché dans un coin de  l’Arc Triomphe); ils étaient des gens heureux dans leur univers (quoique, à en juger leur situation par ses conditions extérieures, leurs bâtisses n’étaient pas prospères mais  désaffectées)  -elle se demanda si ce serait possible pour elle de vieillir avec un tel sens de la jouissance que le leur? Parce que normalement ils gardaient leur énergie cachée là où d’autres ne pouvaient pas la percevoir: pour eux, l’afficher prétentieusement serait une grandeur différente de celle de la simple honnêteté, et pour eux ce n’est guére une grosse affaire celui de perdre leur identité! Et elle vieillit ainsi!

LA FIN 

La verité irréfragable sur les gosses elfiques.

“Perinde est act si scriptum non esset”.

(L’acte est le même que si elle avait été décrétée quoiqu’elle ne l’était pas).

-La Loi de la République.

Dédié à Andrzej Pawłowski.

Comment pouvez-vous, si vous etes un enfant elfique,  survivre dans un cosmos qui est différent de celui que vous avez reçu une formation pour y vivre? (par exemple, au Paradis, j’y avait continuellement une expérience astrale afin de tirer parti de la majesté du lieu: j’y regardait tout à partir du plafond! Plus, je n’avais pas l’obsession que la civilisation rationnelle a avec la causalité mécanique [ce sont les ingénieurs qui forent pour trouver pétrole et qui vont sur la Lune et qui disent: -Lutons!, pas les scientifiques]! Dedans le Paradis vous êtes heureux maintenant; et, puis, l’instant d’après, vous êtes heureux encore; donc, il y a, dans ma mémoire de celui-ci, encore un souvenir d’enfance, des ébats idylliques d’alors, et de tous les animaux [Êtres Horizontales] qui parlèrent avec moi à la manière de Nils Holgerson; de comme la faible luminosité  émise par ses  treillis [d’arbres  {Êtres  Verticales} de corail nu à liège vermillon {comme celle du    chêne-liège ou l’orcanette}, avec plusieurs troncs et des grappes pendule, et lesquels piégeaient la condensation afin de la filtrer dans le sol moquetté par leurs fleurs en boule de neige andrinople] faisait un ruban bouclé de réflexion sur  la crête de mon corps astral  [le seul que j’y avais] lorsque je laissait tomber la rouannette et la  manette, et  me couchais sur ma bannette. De la  même façon, tandis que,  dans un hameau sur la passe d’Avatoru, il y avaient une église catholique et une église mormone fabriquées à partir de polypiers, Tlamco était une  ville-temple entourée par sept vallonements qui marquaient les orbites et les diamètres des planètes, tout en formant également une carte des Pléiades [or, la ceinture de Kuiper est l'endroit où ses escouades de clones décoincèrent Pluton]. Là-bas, dans ledit Tlamco, une avalanche de nappe phréatique artificielle s’effondrait à flanc de mamelon et elle apportait à l’esprit une vision sincère de l’Atlantide dans le processus de naufrage [pensez à l'épopée de Gilgamesh: “Les censiers ne pouvaient pas se reconnaître dans l'averse verglacé de blanquise sombre... plus tard, les dieux {Êtres Illimités}  se réunissaient comme des mouches autour de mon aillade sur la tourbe que je reconquise”]. Voire, il n’existe pas des véritable saison sèche aux Marquises, ainsi que vous n’avez pas à y vous soucier de cyclones; plutôt, les précipitations sont souvent de courte durée quoiqu’intenses. Enfin, si vous cherchez une expérience Robinson Crusoé, l’Hôtel Eden à Bora Bora peut être l’endroit pour vous, et… soyez heureux de savoir qu’il est tout à l’énergie solaire!  Laconiquement dit: l’éther apaisant de ces parcs parsemés dans la céleste Sion c’est en contraste frappant avec leur environnement urbain bouillonnant!).

  Bon, le problème pour un enfant elfique autochtone ne réside pas tant à donner un sens aux faits qu’il doit apprendre, mais de donner un sens au contexte étranger et inexprimé qui (son institutrice suppose, mais elle a des œillères, elle!) est inhérente à l’enfant: pour exemple, elle même pas ne commence  son enseignement avec ces explications: “Les humains (Êtres Perpendiculaires) sont supérieurs aux autres êtres, et la Terre est une tranche de matériau flapi ondoyant dans un univers inoccupé”, tandis  que,  pour les elfes (Êtres Transversaux),  la Terre est notre mère -littéralement!.  Elle, son institutrice,  parle plutôt des plans et des inquiétudes!… Le Paradis Perdu de Milton 10:582 dit: “Méfiez-vous des ruches de femmes gaies!” 

Et voici qu’il était une fois un garçon elfique, Pierre, qui, en raison de la prestation d’indexation, il était  changé en humain (Être Perpendiculaire) sanglotant vis-à-vis  la cloison coulissante de son petit cachot (lequel attenait aux Mystères!). Dans un autre monde, subjonctif antérieur, sa mère la fée (Être Transversale) appelait son fils avec des cris qui montaient en volte-face, leurs membres carillonants clignotant en la Lumière comme le dos d’un dauphin (un poisson ou Être Circulaire) dont les écailles étaient glissantes. Et le bonobo (grand singe à  organisation sociale égalitaire, peu agressif et très sociable romantiquement, qui était, dans ce cas, le subconscient de l’enfant elfique), oui, le bonobo: un quadrupède ou Être Horizontale dont la salive  coulait, il suivait toujours  le tireur de pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant”…  Pas plus!  Mais son triolet, qui avait des  ailes  comme un ange (un Être Vertigineux), un triolet qui appartenait à l’AUM chenu, lilial,  il errait autour de ses lèvres tandis les Êtres Vertigineux  faisaient irruption  dans  une harmonie où aucune note tripotait.  Cet enfant elfique n’avait qu’ounze ans, mais il n’avait pas peur de l’opacité physique. Maintenant, incapable de pioncer, il se tenait à l’arrière du tireur de pousse dont le nom était “Clermont-Ferrant »  afin de regarder son passé  se retrouver  loin derrière lui. Uranus, leur point de départ (que toi, oh, lecteur!, connusse aussi bien que Vénus, elle était brillante et pleine, tournant, par des esquives, le sillage du navire en une large berme de couleur olive (l’olivine est une substance fabriquée de bijoux et trouvée dans les météorites provenant des  astéroïdes. Uranus est de couleur pastel. Son jour et son année ont la même durée et, encore qu’elle soit beaucoup plus grande que  la Terre, qui était leur point d’arrivée [plus spécifiquement, Tahiti l’était, et voici que Tahiti est la seule île de la Polynésie française où vous pouvez avoir une nuit bringue et naïve: au restaurant de Arii Vahine il y a une multitude de lumières pendantes faites de centaines de coquilles {Êtres Circulaires}! D’autre part,  vous obtenez beaucoup de sommeil à Tikehau, car il n'y a rien à  faire le soir là, sauf laisser les brises embaumées et la musique d'un trio polynésien vous accalmir dans un état profond de relaxation], les choses ont le même poids dans ces deux planètes, Uranus et la Terre, quoique, comme je viens de expliquer, elles diffèrent par la taille. Aussi,  Miranda, la lune d’Uranus,  manque un morceau dans sa rondeur: il est appelé Vérone Rupes). Tout faisait nuit noire quand l’enfant elfique s’est ainsi réveillé, mais il savait où ils étaient: dans un tireur de  pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant » puisque son équipage était composé de maréchaux-ferrants (un tireur de pousse n’est qu’une grande maison maladroite pour louvoyer la Profondeur Vaste à travers les trous noirs qu’autrefois ils agitèrent [la constellation du Sagittaire et un trou noir sont au centre de la Voie Lactée, et, en outre, dans Arahoro, dont la monnaie c’est e ringgit malais, il y a un trou du souffleur directement sous la route côtière: chaque lame dont  la voix  éructée avoie le récif, se précipite dans sa repaire et, si ladite houle est juste, il  tire à travers comme un geyser, cet embrun du ressac!; et Raiatea et Tahaa sont essentiellement une île reliée avec elle-même par une buse assez étroite {connue comme l'île sacrée, Raiatea est un repaire fascinant pour les archéologues!}], et entièrement en vif-argent, et capable de mouvement sur des godillots Pataugas ronds et noirs de  caoutchouc  grâce à une poste de pesée dans  son milieu tiède, et  dont la locomotive [z, z, z, z,...] est semblable aux chiens samoyèdes [des Êtres Horizontales] quand elle tire toutes ces voitures comme des traîneaux à travers le pergélisol [ou aux chevaux {d’autres Êtres Horizontales}; et voici que, dans la cluse d'Opunohu, vous pouvez monter sur une  selle tous les jours le matin et l'après-midi {sauf le lundi} le long d'un sentier de deux heures qui offre des vues fantastiques sur la chaîne des puys; et Tuamotu est le domaine des petits catamarans gérés par moteur et des voiles]). Bien que ne se distinguent pas les autres Êtres Perpendiculaires (dont, selon l’ Oracle Sibylline 2:225: “Leurs organismes humains, faits solides d’une manière céleste, sont mis en mouvement par l’haleine”) entassés, il pouvait sentir le remugle fade d’entre eux, oui!  Éveillé dans son grabat, il ne voulait pas l’aube venue, parce que, bien que ses yeux ne se fixaient sur aucune trace de l’insondable qu’il scrutait, cependant il était conscient, dans l’enceinte les plus intimes de la pièce dans laquelle il était, d’un bourdonnement indistinct dont le  frôlement murmuré se fit entendre, par exemple, comme une institutrice de la régie interne du  tireur de  pousse surpeuplé dont le nom était “Clermont-Ferrant » dont le babillage murmurant assouvit un bébé vampirique (Être Oblique) timide et craintif qui venait de se réveiller d’un cauchemar accablant qui l’avait terrifié de peur usuelle et d’intimidation aussi:

-J’ai huit mois, et voici que pendant toute ma vie vous m’avez appelé “Caïnan des Qenites”; mais mon nom est, sur le journal de bord du tireur de pousse dont le nom est “Clermont- Ferrant », “Caïn le premier franc-maçon”; et maintenant vous me dites que je suis vraiment “Caïn le constructeur de Tenochtitlan ou ville d’Enoch (le Mortel Initié)”: que suis-je, l’inventeur de cette malédiction sur la vie oisive des cueilleurs: l’agriculture?

L’institutrice, la Mort, resta-t-elle muette comme une carpe (un Être Circulaire), ni ne pipa-t-elle mot.

-Si vous refusez absolument de me livrer des énumérations, j’ai ma coquecigrue!

L’institutrice s’evertua à nier tout en bloc!:

-Vous n’etes pas froussard, vous? Vous semblez au bout des nerfs, la peur au ventre, ne sachant que trembler; cependant, prennez votre courage à deux mains! Asseyez-vous encore! Asseyez-vous encore! Rappelez-vous ce que Jean Paul II (un Être Perpendiculaire) dit de moi: “Comment est votre silence attentif! Ce sera toujours une partie de moi. Et un jour je me tiendrai tranquille et transparent comme de l’eau qui disparaît dans un lit de rivière asséché (le trou de souffleur d’Araboro?). Mon corps restera. Vos larbins/dieux (Êtres Illimités) camarades de classe vont venir et vérifier que mon cœur ne bat plus.”

-Par la règle de ouï-dire, ce que j’ai entendu ne fût-ce qu’une rumeur à ce sujet; ou, plus précisément, une telle rumeur ne m’est venue jamais à l’oreille; pourtant, j’adorais entendre, oreilles grandes ouvertes et muscles tendus, ce que celle rumeur ainsi me disait à brûle-pourpoint: en effet, je bombais le torso en l’écoutant quand ladite rumeur me trottait dans  la tête!, le lança-t-il.

En ce moment, le tireur de pousse dont le nom était “Clermont-Ferrant » accosta Chez Jeanne, une île privée avec une marina (un port de plaisance) au nord d’un aéroport de conception occidentale de type chevalet de relevage; donc, l’enfant elfique dégaina  son coupe-coupe du  fourreau et il s’ecria:

-Et puis, dans quelle patrie un enfant elfique peut-il ressentir plus de suffisance que dans ma république douloureuse d’Avalon, debout, au sein des rassemblements des stupides mortels (Êtres Perpendiculaires) et le fracas de leur lutte entre le livre et  la larme, par,  provenant de Shamballa,  les bras crucifiés d’un millier de dieux (Êtres Illimités) camarades de classe faits de chair physique?

  Un oiseau (Être Tangentiel) lui repondit:

  -Voici, donc, “Les contraintes sur les domaines caméléon (Être Diagonal) fortement couplés” du test expérimental du principe d’équivalence faible pour le neutron (Le champ scalaire caméléon [Être Diagonal] est considéré comme une cause possible de l’expansion accélérée de l’Univers. Il induit un potentiel d’interaction entre les particules et les corps massifs)! Elles sont dans votre coupe-coupe. Il vous faut le brandir, l’étaler, feinter avec lui!

Deux oeufs de couleur magenta roulèrent sur l’automne herbe lande couleur turquoise; ils frappèrent le coupe-coupe ensemble; chacun d’entre eux rebondit: l’un d’eux s’arrêta sur la lame montrant huit taches noires sur un fond cramoisi: il était une coccinelle (Être Ovoïdal)! L’autre chuta vers le pommeau et s’est immobilisé disant:

-La durée de mon délai de croissance était doublement assouplie; pas résistant, mais ductile, s’adaptant aux situations las plus diverses, souple!

L’enfant elfique s’esclaffa: 

-Mais si: l’action fléchie (déposer une plainte) et l’action torve ( porter une plainte)!

La place? Fakarava: un atoll oblongue; ou sinon, l’octogone géant de l’Ohio: un tertre et l’observatoire le moins exigu de la planète, composé de segments de ligne séparés par des intervalles mesurés, et derrière chacun d’eux se dressant un raidillon juste en dehors du centre. Vous pouvez camper près, par le lac Buckeye,  d’Avril à Novembre. Par conséquent, il  commença à décrire son entourage, il l’ écrivit sur son téléphone cellulaire. Ainsi:

Au début de cette histoire, il y a le logos, l’icône et l’avatar d’un gars qui ne me ressemble pas du tout (le “wannabe” [aspirant] et “windbag” [moulin à paroles] Santiago le Sioux Santee de san Diego), et laquelle un copain d’un ami intime entendit; néanmoins, je vais la raconter à la première personne. Ainsi:

Êtes-vous familier avec le parfum des bougies d’Hanoucca éteintes? À cette date, je suis assis là à mon bureau bien que je suis ici seulement pour un semestre. Selon le Rig Veda, à un certain moment dans l’histoire lointaine, les ancêtres de l’homme étaient complètement synesthésiques, mais, pour autant que je suis concerné, le Floréal est un mois terrible dans un campus, mais nous allons tous avoir de moins bons jours, jusqu’à la fin des jours, jusqu’à la fin de nous (je parle ainsi car je ne sais pas ce qui va transpirer maintenant. Je ne suis même pas sûr de ce qu’il est que je veux arriver!). Et puis c’est les vacances de Noël et je suis à la maison (l’automne est la saison de séchage, de préserver, alors que l’hiver est le temps de la faim, de la torréfaction du cochon de Noël autour de la broche):

-Bienvenue!, dit ma jeune mamie la Fée.

-Sainte merde!, moi, l’Elfe, je réponds.

-Excusez-moi!, ma robotique conscience, qui est un témoin de Jéhovah, me regarde livide: ne brisez pas le cœur des jeunes grand-mères, surtout si elles sont sucrées, parce que le plus tendres les vieilles filles sont, le moins moelleux ce c’est de briser leurs cœurs!

-Sainte merde!, je réitère: au cours de la demi-saison, avides sauvages, des gens dangereux, sortent de la forêt d’asphalte: sainte merde!

J’entends d’autres voix. Je pense que la voix d’un théosophe aussi (je n’en suis pas sûr, pourtant). Il dit:

-Dites-vous que rien de mauvais, de méchant, est arrivé. Si vous dites cela assez, il va devenir vrai, parce que c’est la vérité: rien n’arrive jamais!

Ma mamie et moi, nous habitons sur les Heureux. Or, le nom de ce boulevard évoque ses hôtels particuliers dans le Nord, mais nous hantons une partie de celui-ci où tout le monde compte leurs sous (de surcroît, le Bord du Monde est au-delà de sa voie ferrée, juste sur celle colline d’Hollywood où les Indiens Cahuenga envisageaient l’océan Pacifique à leur droit quand ils étaient à vélo [d’autre part, les Winnebago {winǐpig, «vente eau», Chippewa; les «Gens de l'eau à vendre», Winǐpyägohag} sont une tribu de la famille linguistique Sioux. Dans leur culture matérielle, les Winnebago sont nettement personnes en bois, et leurs maisons et la robe sont pratiquement identiques à ceux des Sauk et des Menominee et d'autres. La même chose s'applique à leur travail de la perle, et il y a des preuves considérables pour montrer qu'ils ont eu par très longtemps une industrie de porc-épic caractéristique. Dans leurs vêtements, des mocassins, des ustensiles de cuisine, les bras et à d'autres égards, ils montrent marqué caractéristiques individuelles qui, cependant, n'ont pas été étudiés à ce jour. Et les Wendigos? Bon, des chasseurs ou des personnes perdues qui sont restées trop longtemps en état de famine {particulièrement en hiver} se tournent vers cette pratique en dernier recours et deviennent des Wendigowak {Wendigos}. Or, le Wendigo, un géant squelettique sans lèvres ni orteils et au cœur de glace, est émacié à un point extrême, et chaque fois qu'un Wendigo mange une autre personne, il grossit en proportion de ce qu'il vient d'avaler et ressent à nouveau la faim de sorte qu'il n'est jamais rassasié]). Maintenant, je saute la ville jusqu’à ce que je suis tout à fait exempt de son plan d’existence: il y a beaucoup de fétides petits trous dans l’univers si leur odeur et la compagnie ne vous dérange pas (dans mon cas, le vent remplace la puanteur de sorte qu’elle est supportable)! Donc, je parcours le chemin de briques vers le pavillon des sciences humaines, qui se cache et se profile vers moi. J’y ouvre la porte solide. J’ouvre les yeux. Je suis une salle grise (je veux dire, parfaitement grise!): elle s’agit d’un appartement de chemin de fer, huit étages plus bas, voire d’un espace ouvert bondé, le meilleur endroit pour examiner des plans en détail. Je vois la tour Eiffel: j’effectivement regarde la tour Eiffel, bon sang!, et donc je sais que je suis dans le pistachier térébinthe en forme de labyrinthe et de colonne creuse de style corinthien dit “Elonei Mamre” dont l’écran du téléviseur montre un chien à trois pattes qui est toujours rôdant dans et hors du tableau [il est le gardien de but, l'un des monstres, ou forces primitives, qui existaient avant les dieux, et que Jupiter emprisonna dans le monde souterrain, ou dans le sol]. Il dit hochant la tête vers l’appartement à la Vierge:

-Elle habite dans un appartement en bas de la onzième étage. Le sien est un cauchemar d’une basilique byzantine laquelle était grecque; mais maintenant elle est russe, et,  bien sûr, elle a, tout comme son constructeur, connu des jours meilleurs en ce qui concerne la beauté: elle a son nombril percé par une pierre précieuse minuscule! Or, je ne sais pas où dans le palais, c’est qu’elle mange: peut-être au restaurant faux polynésien où les flics répandent la table avec un chiffon bleu de minuit: il ressemble à Noël pour moi!).

J’y vais et j’y trouve des leçons sur la manière de se comporter comme un léopard des neiges: les coussins y sont creusées par le corps d’un chat. Je décide de me baisser et de les toucher (donc, je pense qu’ils sont encore chauds), car mon père était un jaguar qui était égale à une douzaine de ratières et le favori à la maison (son maître avait une forte camaraderie avec lui, mais pas d’affection); et voici que le minet de la Vierge trouve la porte entrouverte et il commence un peu d’exploration: cette scène révèle un trait remarquable de la nature féline, à savoir, son raffinement inné de comportement que le domptage ne peut reproduire avec n’importe quelle délicatesse! Ensuite, il devient Vlad l’Empaleur. Comme je prends le siège dont il me fait signe de m’asseoir, je regarde à travers le seuil de la soupirail, et je vois que l’arrière-cour est un verger unique de grande qui fleurit toutes sortes de teintes panachées: ce sont les âmes de ceux qui sont morts en croyant au Christ de la Compassion Crucifié! Donc, je lui dis:

-Monsieur le Comte, voici qu’il est nuit d’automne dans La Vallée Heureuse, entre l’Aiguille Creuse et le moulin à sucre de Puunene, et que les revers de fumée de la tente en forme de cône du Christ battent doucement dans la brise tandis que je reviens sur le sentier incertain et j’y cherche les fleurs sauvages (elles sont des petites gens, et leur souffle est parfumé pendant les fruits font leur chemin en bas de la branche: ceux-ci sont encore liquides, ou quoi qu’ils soient avant leur naissance, tout comme la Place des Drapeaux [chaîne de postes vacants dans le but de prétendre que ce nom est justifié]); donc, je veux le voir, le Seigneur Maiteyya, le Christ, non pas dans une vision, mais directement, comme Bhavaviveka l’a fait!

Comme un résultat, dans un univers parallèle, ou un univers divergent, je sors du train qui vient de Kaanapali, j’arrive à la ville de Lahaina et je tourne entre le Cimetière des Marins et le Cimetière Épiscopal (pas tout à fait le Cimetière Wainee, cependant), en direction de la Salle de Lecture des Maîtres, ce qui est différent du jardin des Dieux dans l’île de Lanai. (tandis qu’en Beverly Hills beaucoup des petites mafias fonctionnent, et quelques grandes, passent en contrebande leurs morts, sur la ligne municipale, à la Ville du Siècle). L’Empaleur (bien sûr, il n’est pas complètement mort!) me fait hausser les épaules et hocher la tête. Je me retourne. Personne n’est derrière moi! Mais ensuite, j’entrevois un visage amusé: le sien (pas avec mes yeux, mais dans mon cerveau). Il saisit le sang écarlate de l’auto liquide. Il ouvre le cœur de mon être, de mon souhait! La pluie ne nous touche pas alors que nous marchons ensemble. La foule se torde autour de nous comme il fait son chemin devant moi. Le coffre de notre voiture est ouvert. Mes vêtements sont mouillés. À Maui, entre les ruines et le Monument Catholique, l’autoroute 31 a une section rugueuse, non pavée et soumise à une forte érosion. J’y marche dans l’odeur apaisante de cigarettes et d’échappement de voiture, parce que je suis venu de Los Angeles, une ville de roues dans laquelle je toujours regarde des deux côtés quand je traverse une rue et je trouve combinaisons pittoresques de bâtiments: par exemple, je vois certains de grisâtres dissemblables à travers Boyd Street en direction du centre-ville. En outre, je lève les yeux et je trouve des statues là-haut; par exemple, les deux géants (qui représentent l’architecture et de la sculpture) couchés paresseusement tout autour le nain folâtre au carrefour de la septième rue et l’avenue Figuier. Le minibus (ou Ladot, car à Los Angeles vous attendez, pas Godot, mais Ladot) à l’intersection de Santa Mónica et Le Marais est vide, ainsi que nous pouvons le prendre, mais nous optons pour trotter à la place où le Seigneur Généreux habite. D’abord, je trottine avec lui, l’Empaleur, pour un bloc vers la rue du Printemps (je pourrais faire un tour dans un panier aussi: je siffle quand l’ascenseur me prend! Ensuite, personne ne voit mon saut; mais, quand je frappe le trottoir, ça sonne… comme un coup de feu!), et, au Parc des Échos, nous pouvons voir le nom d’Hollywood en lettres cendrées épaisses en forme d’explosion des signes d’autoroute (au Parc National de Haleakala il y a une boucle d’épée d’argent, une piste de cascade, un puits sans fond et au moins deux surplombes). Droit devant la plage de Santa Mónica, la quai sombre de Malibu plonge dans la plage déserte. Au-delà, il y a le quai de la Grande Roue de Manège (le “joyeux-vont-rond”). Mais, voici que la Rivière Los Angeles, elle courses sur le béton, pas comme notre fleuve, le Rhône! On y trouve de nombreuses chaînes de wagons, chacune avec sa petit opérateur. Enfin… voici Maitteya! Quand je regarde dans ses yeux je me procurer une nouvelle compréhension de pourquoi les gens le suivent. Il me permet de le regarder aussi profondément que je veux. Il n’y a pas de barrières à l’intérieur. Il n’y a pas le moindre soupçon d’auto-défense. Je sens l’énergie qui vient de lui comme s’il était un poste émetteur cosmique: c’est tout à fait impersonnelle, mais bon, mais dangereux, comme l’hélice d’un paquebot. Son culte du Grand Mystère est silencieux, solitaire, libre de tout égoïsme. Ses plans peuvent s’adapter, mais son but est immuable. Je n’aurais jamais imaginé que ce serait sa compassion, et non l’intelligence des gens orientés vers l’utilisation de leur esprit, qui nous sauverait! Quand il arrive, ses bagages sont rares, parce qu’il n’a pas un sentiment d’insécurité, et puis il les laisse tomber ni négligemment ni avec soin. Il n’en demande pas la permission (mais, pourquoi le ferait-il?) Son visage ne ​​montre aucune espoir ni soulagement quoiqu’il me reconnaît (je le reconnais immédiatement: je n’avais jamais connu une telle vénération pour n’importe quel autre mortel quoiqu’il est un homme simple en apparence: il ne semble pas différente des Hwarangs d’accompagnement (ces chanteurs font entendre leur voix à l’unisson: leur musique est irrésistible [je reconnais parmi eux un condisciple de la classe de rhétorique, mais il ne fera pas de contact visuel avec moi. Iil frappe à l'air: il doit être en train de décrire une lutte dans laquelle il a participé, et plusieurs professeurs orientaux de langues occidentales de l'université privée féminine {leur posture suggère un alignement parfait entre le ciel et la terre} le regardent!] Dans les histoires qu’ils racontent, il y a maintes de mauvais esprits: ceux-ci hochent quand je promets aider; mais, lorsque l’esclave [celle qui s'habille dans les vêtements de tout le monde] promet aider, ils restent silencieux et ils rougissent, et l’esclave semble avoir honte à cause de cela. [quoi qu’il en soit, peu de temps après le déjeuner, elle commence son perlage. {sa culotte est mouillée, mais sa composition est intact:

-Elle n’est pas un de ceux qui pleurent, disent-ils, même si, apparemment, elle est l’un de ceux qui se pipi!, ajoutent-ils}];

mais nous ne sommes pas appris à les craindre, les mouvais esprits [nous sommes encore sourds à la langue anglaise]); Son air renfrogné est son expression permanente:ce n’est pas une réaction à ce que vous venez de faire. Il est la personne la  plus détendue qui j’ai vu: il se déplace comme un chat, comme un homme entrer dans son salon en pyjama. Il n’a aucune trace d’artifices en lui, ni d’empressement émulateur ni de fatigue sans grâce. Son action semble totalement dépourvue de préméditation ou motif personnel. Dire qu’il ne semble pas se soucier de ce que les autres pensent de lui, c’est peu dire! En un sens, il semble tout savoir, d’être une longueur d’avance sur tout le monde, mais dans un autre sens, il semble tout à fait ouvert et innocent. Son langage corporel parle d’une perfection et de une paix inviolable. Il semble que même ses petits doigts contient un enseignement qui vient comme un parfum, et cela se reflète dans son auditoire comme dans un miroir. L’entendre dans une conversation avec quelqu’un, c’est comme participer à un dialogue avec lui directement. Il ne fait pas de grands efforts pour satisfaire nos esprits, mais il répond à notre incompréhension d’une manière qui nous élever à un nouveau niveau de voir les choses et d’être réceptif à ce qui est disponible. Il parle toujours comme si chaque auditeur sait autant que lui; et il se sent déçu, car ils ne savent pas! Il ne prononce jamais des harangues; il parle toujours comme s’il s’agissait d’une conversation entre frères et sœurs. Il dit:

-Vous pouvez apprendre davantage sur le limité, mais vous ne pouvez rien savoir à propos de l’illimité. Et la prise de temps peut-être une illusion dans ce domaine, et elle peut être un ennemi! Donc, s’il vous plaît, contemplez sans recourir à l’observateur, qui est l’essence de la mémoire (le penseur est créé par la pensée). Cela conduit à une liberté sans choix, sans goûts et dégoûts. En outre, le doute est un purificatoire du cerveau et le cœur. Et, bien qu’un poète mesurera le silence concomitante avec des mots, les mots ne sont pas ce qu’ils décrivent. Alors, au lieu de cela, soyez si sensible que jamais il n’y aura aucun regret ni aucune blessure en vous. Enfin, les institutions ne peuvent pas changer profondément les êtres humains!

J’ai dans mon esprit de rester le plus récalcitrant que possible, mais il existe quelque chose dans sa manière qui fasse obstacle. C’est pour cela que plutôt je dis:

י וְעוֹד מְעַט, וְאֵין רָשָׁע; וְהִתְבּוֹנַנְתָּ עַל-מְקוֹמוֹ וְאֵינֶנּוּ.

יא וַעֲנָוִים יִירְשׁוּ-אָרֶץ; וְהִתְעַנְּגוּ, עַל-רֹב שָׁלוֹם

LA FIN

Les GENS -je les étudie à la façon dont Sholmes~L/Dupin le font. [BROUILLON!]

Créé par le 20 oct 2012 | Dans : observation et deduction

  1. L’avenir dira si l’Amérique porte à l’intérieur de elle des éléments féroces, mais le fait est qu’aujourd’hui, il n’y a pas foule plus jouisseuse qu’elle: ce qui surprend d’elle le plus c’est la taille de ce résultat soudaine de l’activité humaine: ses gratte-cieux n’étaient autrefois que le bout du stylo de certains architectes audacieux; ils s’agissent d’une moquerie à  l’air et l’aiguille que coud ses fils préfabriqués; toutefois, les flics portent  des uniformes humbles ici, et les journalistes travaillent sur leurs ordinateurs comme s’ils étaient des abeilles dans des boîtes,… jusqu’à ce qu’un terroriste apportera leur tremblement de terre! -mais le psychopathe nommé Hussein est mort en donnant coups de pied contre l’air parce que les fauves telles que lui n’entendent pas la mélodie cosmique et elles ont pas bien digéré le Coran. D’autre part, hélas, personne ne parle de Bush, bienqu’il a poussé le volant de la statue érigée là à New York, il tomba à genoux à côté de la roue!
  2. Je monte a l’autobus.
  3. J’y étudie les gens. 
  4. Hier, tard dans la nuit, dans un voisinage délabré, alors que j’attendais pour l’autobus, il y avait ce jeune homme qui est venu et qui, sans montrer la moindre gêne, il m’a demandé si j’avais attendu  por le trasportation pendant longtemps.  Après, il a continué à traverser tout le chemin vers le centre de  la rue afin d’avoir un aperçu du bus, juste au cas que celui-ci pourrait  être en train de nous approcher. Quand à la dernière nous sommes montés à voiture, il s’est assis sur un endroit non approprié (selon la société) et je me demandais comment il était le genre d’amis que je voudrais avoir!  Et ce matin, j’ai comparé deux de celles mauviettes de la pollution visuelle que nous sommes et que j’aime: M. Lechevalier, moitié écrivain sérieux et demi, avec la dame très mignone dans son costume mais fronçant les sourcils quand elle voulait mettre l’accent. Je me demandais quelles expériences ils ont appris quand ils sond devenus ainsi?
  5. ll doit être intéressant de se rapporter à d’autres sachant qu’ils sont Dieu, mais ils ne le savent pas, et vous ne pouvez pas leur dire parce que le jeu doit continuer.  En fait, je l’ai fait un il y a quelques jours, chez un groupe d’hommes qui se rencontrent pour examiner certaines des tendances sociales diverses, et qui est appelé Les Amis du Temps. C’était exaltant et pourtant si naturel! Et il y avait aussi à considérer mes tendences personnelles interférant.
  6. Plus:
  7. Castaneda recommande de revoir la vie en vue de recueillir l’énergie que l’on a engagé dans la rencontre avec d’autres personnes. Et, inversement, de redonner à ces personnes les influences énergétiques de leur part. Eh bien, j’ai juste fait cela dans un spa, et, ce faisant, j’ai aussi réalisé les causes de mes sentiments envers certains types de gens. Merci , Castaneda!
  8. C’était la fête des morts, Halloween, célébrée à la fois par les Anglo-Saxons et les Mexicas, mais j’ai trouvé cette dernière plus chaude: beaucoup d’e la pente amérindienne, de l’Atlantide, en elle. Il y avait la femme en pleurs, qui était comme une banshee celtique. Et chocolalt à la fin. La coquille retentit comme un train. J’adore les trains!
  9. Frimaire, Turneps (le 22 novembre): Chacun montre ses incarnations passées sur son visage. Le sans-abri et sans papier est tout aussi agressif que les autres. Les Noirs sont sur le point d’entrer dans le stade que les Blancs ont tout laissé derrière: l’importance de l’étude.

DES gens DE MON PASSÉ.

Créé par le 15 oct 2012 | Dans : Non classé

  1. http://tts.imtranslator.net/MgMW
  2. Mon pseudo est L’Index. En prison, j’ai rencontré quatre personnes remarquables: Le Pouce, une Correspondante graisse et rêveuse; Le Doigt Moyen, un natif américain qui se fiche avec sérénité de son placement dans le donjon car il aimait l’alcool; Le Doigt à l’Anneau, qui m’a fait connaître mon Gourou et était un leader d’émeute contre l’immigration; et Le Petit Doight, un sage tueur à qui j’ai présenté la Théosophie.
  3.  DES gens DE MON PASSÉ.

^  Voici Blue Squirrel (l’écureuil bleu), le doigt moyen mentionné ci-dessus.

TETES

TROIS TÊTES

 

LA VALLÉE OÙ LA SOCIETHEOSOPHIQUE C’EST

Créé par le 25 juil 2012 | Dans : Non classé

  1. http://tts.imtranslator.net/P50w

  2. C‘EST OU JE ME TROUVE AU PRESENT, QUELQUES KILOMETRES ELOIGNÉ DE LA VILLE AUX ANGES [C’EST-A-DIRE, OU, DE MEME QUE LE BOUDDHA, KRISHNAMURTI DEVINT ILLUMINÉ DESOUS UN ARBRE; ET OU, AUSSI, LA SOCIETÉ THEOSOPHIQUE A SON COEUR.

  3. ET, VOILÀ QU’IL ME SEMBLE QUE LA FORÊT ET LES MONTAGNES SONT SANS DOUTE ICI PEUPLÉES AVEC DES FÉES ET LES ANGES!

  4. AU-JOURD’HUI CA SE PASSA QU’UNE FEMME AUX REVUES, JE CROIS, COMMENÇA A ME POSER DES QUESTIONS LORSQUE J’ÉTAIS EN TRAIN DE VISITER LA BIBLIOTHÈQUE DE L’INSTITUTION, ET… QUE JE ÉTAIS TELLEMENT HEUREUX DE LUI EXPRIMER MES PASSIONS E MES IDÉES!

  5. Et voici ces idées:

  6. ΑΚΟΥΣ

    Dédié à Corinna Bille

    “Xρηστοσ ει οτι ηγει…[ = CHRISTOS Fournisseur, si ceux dessus expireront...]”.

  7. -Platon; Phédon 264 B.

    On ne rencontre guère aujourd’hui quelqu’un qui est gentil et qui est heureux dans les relations! (pour les chrétiens, le mot chrétien crée révérence [la caractéristique la plus éminent de la religion étant son allégresse {la montagne conique appelée Masjadin se manifeste tout au long de la route de Saint-Jacques de Compostelle}], mais pas à quelqu’un d’autre: parmi eux, vous obtiendrez probablement un excellent travail, mais quel sera intérieurement votre avenir?) L’orientation se met en place quand il y a accumulation; mais,  si vous êtes très attentif de chaque pensée, alors le cerveau devient très silencieux; oui, comme vous grimpez, le psychisme est nettoyée de tout ce que la pensée a y mis en place  (lors de l’Initiation, l’Initiateur est surmonté par gloussements qui infecte bientôt les Initiés!). Or, il est suggéré de l’attrait physique d’être un indicateur de la qualité biologique et qu’il devrait donc être stable; cependant, des facteurs transitoires tels que la direction du regard et l’expression du visage affectent l’attractivité du visage, ce qui suggère qu’il ne l’est pas. En effet, nous avons comparé l’importance relative des variations entre les faces de variation au sein des visages dues aux expressions faciales:  128 participants ont vu des photographies de 14 hommes et 16 femmes présentant des six expressions faciales de base (colère, dégoût, peur, joie, tristesse, surprise) et une expression neutre (ןחש ou 318 est le monogramme du Christ ou de Melchisédek et son adversaire, deux d’entre eux étant des planètes); et bien, chaque évaluateur a vu chaque modèle une seule fois avec une expression choisie au hasard, et l’effet des expressions sur l’attractivité était similaire dans les visages masculins et féminins, bien que plusieurs expressions n’étaient pas significativement différents les uns des autres! En outre, l’identité était 2,2 fois plus importante que l’émotion de l’attractivité pour les photos à la fois masculins et féminins, ce qui suggère que l’attractivité est stable. Voire, étant donné que les tissus durs de la face sont immuables, les gens peuvent toujours être capable de percevoir dans  la structure du visage quelque expression du visage-affiche, et ils décident encore l’attractivité des jugements fondés sur des indices structurels… Et voici l’attractivité des chats dans le domaine de l’amour: déterminé à trouver la fille qu’il aime, le roi maltraite les autres femmes. De leur union, Ce Acatl est né. Elle meurt immédiatement après. Les oncles du garçon tuent son père. Il lui exhume et le place dans un temple. Ses oncles lui demandent de sacrifier un chat pêcheur, un chat sable et un caracal. Au contraire, il dit les félins qu’ils peuvent sacrifier ses oncles à leur place.  Donc, leurs animaux de compagnie en chef sont des singes et des chats. Par exemple, le moqueur et la tourterelle triste s’assoient en silence sur un fil. Alors, un chat passe, et il y a un crissement! (c’était un de ces chats sauvages, pas un animal de compagnie). Un autre chat passe la barrière dégoulinant: parce qu’il va à l’extérieur, il lui faut marcher dans la neige; par conséquent, il frotte son corps (il est composé comme une tarte non coupée). Aussi, vous pouvez toucher le serpent à sonnettes, mais vous n’êtes pas enclin à le faire (vous n’avez pas peur, mais peu enclin [il était une fois  un sans-abri qui cherchait avec empressement dans les cendres  jetés hors des cheminées et il était heureux s'il pouvait trouver un morceau de pain papier {les paniers étaient de sumac aromatique}. Donc, son aigle de guerre de compagnie se cacha dans son ballon et  le  fit aller là où cela était nécessaire {en ces jours les aigles étaient très rares dans le pays; donc, cette histoire, et l'histoire de deux jeunes aigles d'âges différents dans un nid, et comment le sans-abri se tint toutes trois nuits et près de quatre jours avec eux, devint le sujet de bien de conversation et de conseil, et aussi que,  quand il est enfin tombé, deux serpents qui avaient consulté par-dessus son épaule <comme celui couvrant le Bouddha pendant son illumination, ou comme la  Kundalini>, ils l'ont aidé à travers le trou dans le ciel, et, puis, des aigles soufflèrent derrière lui et il pouvait voler depuis}]). Un singe prêche. Ses paroles sont sérieux. Ses cris accompagnent l’aube, et de l’eau s’écoule depuis une source centrale dans des directions différentes: un ruisseau coule à l’est, et ainsi de suite (l’on pense ici du paradis biblique [quand vous venez d'un climat comme la Californie, il est surprenant de voir les verts de l'Angleterre de plus en plus sombre {ce paysage peut être réglé à la vallée de l'Inde avec ses collines de formes douces et son sous-bois sec; le miracle des pousses vertes à travers le terrain brun desséchée. Un manoir pin-clouté dépasse les niveaux de café et de thé. Il y a là la villa d'un prince et villas plus modestes et pas si modestes villas. Un appentis avec les tours carrées a été transformé en un petit hôtel qui surplombe un lac vierge. La cabine se trouve à l'extrémité de la queue de la faille de San Andreas, sur la cible pour le grand tremblement de terre.  Chaque chambre est un monstre puisqu'elle est habitée par plus de quatre-vingts personnes à la fois}. Il y a quelque chose d'étrange et sacré où le soleil se lève. Il s'agit d'une prière. A la pointe de chaque  feuille, les grandes frondes et les minuscules brins d'herbe, une petite goutte de rosée scintille sous le soleil comme un bijou. Les mois de saison des pluies se trouvent derrière. Les mois de saison des pluies se trouvent derrière. Les genêts sont rodées d'or, en contraste avec les écorces noueuses des baliveaux]). Plus, lorsque l’on parle de places heureux sur un terrain, l’est est blanc; le sud est bleu; l’ouest est jaune, et le nord est noire. Pourtant,  dans les endroits dangereux souterrains, le blanc est dans le nord et le noir est à l’est. Et, pardessus le marché, le deuxième monde où l’homme refait surface est bleu. La première femme est obèse (comme les petites statues de Vénus que l’on trouve dans l’Ancien Monde [il lui demande pourquoi elle a l'écharpe autour de son cou, et elle répond que son chakra de la gorge se sent très mal. Il est perplexe car il ne reconnaît pas le foulard, même s'il est Parfaitement Connaisseur de tous les vêtements qui appartiennent à son aura]); et il y a des mauvais, méchants, maléfiques, géants aussi, le fruit des transgressions des femmes quand elles ont étaient séparées des hommes (le livre de la Kabbale du Zohar décrit aussi les singes et les Nephilim dans cette lumière).  Puis, le vent (le Saint-Esprit?) dit à l’homme: -Il y a un trou dans le Sud où le ciel et la terre se sont une fois réunis pour l’Escroc, le Coyote, à passer à travers, (Kwatee est une figure d’escroc du Pacifique Nord-Ouest) par le moyen  duquel vous pourrez émerger dans le quatrième monde, le monde physique (était ce trou, peut-être, celui que les savants trouvent  dans la couche d’ozone? Et les Scandinaves disent, eux aussi, que Henar de Muspelheim, qui représente le feu physique, vient, pour détruire la Terre, du Sud). Bon, le passage que l’homme trouve est tordu comme la vrille d’une vigne; donc, il doit avoir  été ainsi fait par le vent. L’homme envoie des volants ailés, tout comme Noé l’a fait, dans le but de déterminer si ce monde est habité; mais eux, qui sont des sauterelles, ou peut-être des hélicoptères, trouvent un abîme à la fin de celui-ci et rien d’autre. Toutefois, quatre êtres nommées d’après les quatre corps (chacun d’une couleur différente, comme dans Shivaïsme du Cachemire) saluent l’homme. L’un d’eux souligne l’eau avec deux doigts. Il est habillé avec la pluie masculine et sa ceinture est un rayon de soleil, semblable à  ceux de Christ et de la Vierge de l’Apocalypse. Et quoi des vaches? Bien, le medium spirite Jane Roberts  cite l’esprit Seth: -Tous les assassins sont engagés par leurs victimes, ainsi que sur ce qu’il dit sur les gens qui meurent jeunes; et voici que  cela a des charnières avec ma visite à l’hôpital, à y voir  un jeune homme dont la jambe a été perdue dans un attentat à la voiture de quelqu’un d’autre. Il est évidemment dans la bonne humeur, et il a aussi élaboré de la croissance de l’âme de son expérience; mais je me demande de plus sur le conducteur désespéré, auquel personne ne va voir ou pour lequel personne ne prie, et, par extension, sur tous ceux qui tuent des condisciples et en s’engageant suicide par la suite?; et le meurtrier est une vache qui s’était assassinée elle-même dans le but de montrer comment elle est virile! (de même, le général nommé Carson brûla les récoltes et les maisons des Navajos, car ils se sont cachés dans des canyons; et, ensuite, les Navajos ont été réinstallés au Nouveau-Mexique [il ne peut pas y avoir de gouvernement sauf une autocratie, parce que le prince est la seule personne qui sait vraiment quoi que ce soit. Les lois sont peu nombreuses et bien administrées, et donc le peuple est naturellement respectueux de la loi. Personne ne fait preuve de négligence en raison d'un sentiment semblable à l'honneur d'un gentilhomme. Il n'y a pas de prisons. La seule sanction est l'exil. Il y a une armée,  hautement qualifié, bien que le dirigeant s'ingénie à l’utiliser pour de nombreuses autres fins en dehors de simplement les combats]). Et la basse-cour? Les Yoruba prétendent qu’ils sont originaires de Ife (la scène se passe dans un beau pays comme un parc. La section consacrée à chaque type de fruit est subdivisé selon saveurs: par exemple, orange aromatisé aux fraises. Chaque temple a un ange. Encens est y maintenu à l’intérieur d’une pyramide d’or par deux garçons. Une harpe circulaire est magnétisé par son propriétaire [l'instrument de musique principal fait irrésistiblement penser d'une machine à écrire. Le point de vue des dessins est bon. Leur aliment de base de la vie est le maïs sous pression de sorte que la moindre partie a en soi quelque chose nécessaire. Arômes ajoutés sont signalés par couleur]. Il n’y a pas de poids et de mesures complexes. Le système de numération est décimal. Personne n’est inférieure à six pieds. Les toits sont bas et larges dômes comme celle de San Giovanni des Ermites à Palerme [une dôme faite de dimanches].

    ^ Dessus, Saint Jean aux  Ermites de Palermo. Dessous ce que l’architecte Lloyd construit pour une colonie de ce type dans le désert. v

    Le mobilier se compose de coussins remplis d’air et lavables. Beaucoup d’eau est disponible à partir de distillation d’eau de mer. La langue est un raccourci de l’anglais. Chaque maison dispose d’une combinaison de téléphone et une machine d’enregistrement qui reproduit les nouvelles et l’encyclopédie. Les voitures se déplacent grâce à des batteries à plat. La puissance hydroélectrique a été transféré sur de grandes distances, mais maintenant la force cachée dans l’atome est employée [croissant à Miami, tous les fruits tropicaux je mange {le fruit est ruiné, mais le pain est cuit}]). Selon leur mythologie, Olodumare, le Dieu suprême, a ordonné Obatala pour créer la terre, mais sur son chemin il trouve du vin de palme, et s’est enivré. Par conséquent, le frère cadet de celui-ci, Oduduwa, a pris les trois points de la création de lui, descendit du ciel sur une chaîne et jeta une poignée de terre sur l’océan primordial, puis mettre un coq sur lui afin qu’il puisse diffuser la terre créant ainsi le terrain sur lequel Ile Ife serait construit. Il dit: -Pour les collecteurs de contact en dimension trois, les notions de l’étanchéités faible et forte  sont toutes connues pour être inéquivalentes. Nous étendons ces faits à des dimensions supérieures. En particulier, nous définissons une généralisation naturelle des obturations moins faibles et prouvons qu’elles sont bien plus faibles (au moins en dimension cinq), tout en étant gênées par toutes les manifestations connues de « ouverture tordue ». Nous trouvons également les premiers exemples de variétés de contact dans toutes les dimensions qui ne sont pas symplectiquement à remplir, mais aussi peut-être surtordues dans un sens raisonnable. Celles-ci dépendent d’un analogue de la dimension supérieure de Giroux, que nous définissons par l’existence, dans toutes les dimensions, de variétés symplectiques exactes de limite de contact déconnecté [le garçon tamisé applaudit  parce que les autres le font ainsi aussi. Les dimensions diminuées sont minuscules. Oduduwa plante une noix de palme dans un trou dans la terre nouvellement formée et à partir de là jaillit un grand arbre avec seize branches, une représentation symbolique des clans du début des années Ife ville-état. L’usurpation de la création par Oduduwa a donné lieu à un conflit toujours durable entre lui et son frère aîné, Obatala, qui est toujours remise en vigueur à l’époque moderne par les groupes sectaires des deux clans lors de la fête du Nouvel An. En raison de la création du monde par Oduduwa, celui-dernier devint l’ancêtre du premier roi divin des Yoruba, tandis que Obatala est soupçonné d’avoir créé les premiers humains avec de l’argile. Le sens du mot « Ife » en yoruba est «expansion»; «Ile-Ife » est, donc, en référence au mythe d’origine, “la terre de l’extension », et, de ce fait, la ville est généralement considérée comme le berceau non seulement de la culture Yoruba, mais toute l’humanité aussi bien, surtout par les adeptes de la foi Yoruba. D’autre part,  le Toltèque, lui, il chante un chant destiné à être chanté à l’accompagnement du tambour cylindrique en bois bicolore: il est en deuil, car il vient d’abandonner Tollan Nonoalco (le chef de la Tisquantum, nommé Pawtuxet [ou Squanto], lui aussi, parcourt l’Europe à pied, comme un esclave). Il laissa derrière lui les structures suivantes: la maison dont les poutres sont en bois, la turquoise, la maison et les colonnes faites comme des serpents à plumes. La distance est à quatre lieues de ce site que d’autres ont appelé Tehuantepec et est maintenant la ville de la Madeleine dans ce domaine (selon une théorie sur les Indiens venant en Amérique, l’on fait en trois vagues, le second appelée Na-Dene, environ 9 000 ans, et leurs principaux groupes linguistiques étaient l’Athabaskan, le Haida et le Tingit). Il y avait s prêtres jamais mariés, seulement dans certaines solennités célébrées avec beaucoup de boissons et de l’ivresse (le garçon de batteur défile loin. Les tambours marmonnent pour la guerre, et nous devons donc la commencer). Il y a ici des hogans mâles (pyramidale, à l’aide d’un bâton fourchu exposée plein sud sur laquelle un poteau droit orienté Nord calé. Ces hogans étaient seulement pour les rituels) et femelles (à l’origine en forme de dôme, mais, en raison de la disponibilité des traverses de voie ferrée, aujourd’hui ils sont octogonaux [toutes les maisons, même les plus humbles, sont construits selon le plan de la cour centrale. L'architecture est colossal, mais sans prétention. Même si la quantité de travail doit être incalculables {les heures de cours sont très longues, mais si variées que les étudiants ne sont jamais excessivement fatigués; il y a un grand nombre de connaissances scientifiques, mais seulement ceux gravement pratiques; la littérature est divisée en information scientifique et des histoires avec un but}, les résultats sont permanents])… Ainsi, la première scène se termine de Nénette et Boni c’est l’homéostasie. Tout comment Derrida l’a dit: -Je ne peux pas parler de ces choses si blanches sur lesquelles je voudrais écrire si j’avais le temps! http://tts.imtranslator.net/P4H8 (en Allemand: So endet die erste Szene aus Nenette und Boni. Das ist homöostase. Wie Derrida sagte: “Ich kann diesen Dingen nicht so sprechen, wei ich davon gerne schreiben würde, wenn ich die Zeit dazu hätte” ).


DES LETTRES POUR DANIELLE ET MARC, ET D’AUTRES gens

Créé par le 25 juil 2012 | Dans : Non classé

http://tts.imtranslator.net/P50z

Chers Danielle et Marc:

Je viens de lire le courier pas postal que tu essaies de [et réussis à] me faire parvenir. Tu y me demandes sur ma phrase « Paris et les anges » -et bien, je veux dire la ville aux anges: Los Ángeles… j’étais en train de parler de ces villes [je visite la France, et d'autres lieux comme ça, dans mes rêves]. Je te comprends bien, et tu accepteras mes choses Internet desormais?

Bon, il me faut dire au-récrire, parce qu’ils sont sur le point de fermer la bibliothèque!

Jacques

LA VIE EST UN RÊVE

Créé par le 25 juil 2012 | Dans : Non classé

 

  1. http://tts.imtranslator.net/P51F
  2. Peut-être n’en rien dit Molière; mais Shakespeare et Calderón de la Barca, ainsi que les Shiva-Sutras, eux, ils l’on dit!
  3. Et, si cela est vrai, alors, quoi à mon entour le demontre?
  4. Que la « ville aux anges » [pas Bankok, mais los Angeles, bien-sûr] semble, toute elle, du Hollywood!
  5. Et, de surcroît, je suis à ce moment-ci, entouré par des orientaux, ainsi que la resemblance avec Bankok c’est plus accentuée encore qu’il ne le serait.
  6. Et sûrement que toutes les deux soient des villes où des anges appartiennent c’est aussi quelque chose laquelle contribue à cela tout.  
  7. J’ai commencé cette entreprise en visitant un rêve de jadis où seuls les cadres des bâtiments existaient, et de la boue à la place de la chaussée, et les jeunes gens sont prêts à aller au lycée; tout comme un bref aperçu de tous mes autres rêves qui montrent des lieux physiques que je sais qu’ils représentent des zones de mon psychisme, mais aujourd’hui, sont devenues plus complexes depuis que j’ai visité beaucoup d’autres sites similaires. Or, la ville où il n’y a que des coquilles c’est celle que Jane Roberts et Seth ont appelé Framework 2 et les Juifs considèrent comme Yetzirah, le monde où les choses sont prêtes à émerger: עולמות יצירה

CE QU’EST DEVENU À LA VILLE-LUMIÈRE (DITE « VILLE VICTOR HUGO »)

Créé par le 25 juil 2012 | Dans : Non classé

FAIT DEJA MANGER LES CREPES DE LA CHANDELEUR! -VAS`Y LE PREMIER, JE TE DIS. -DEGAGE DE LA, TU REPONDS, ET FAIS ATTENTION: MAIS OUI, IL FAUT NOUS ENTREAIDER, NOUS, QUI SOMMES VAGABONDS PAR L’EDUCATION ET CURIEUX PAR NATURE! UNE ETOILE QUE NOUS REGARDE NOUS DEPECHER, ELLE ERGOTE: -QUEL AMOUR DES PETITS LUTINS ESPIEGLES! UN SOLEIL CHICANE: -MAIS TU REVES! -VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT, M. LE SOLEIL! ILS SONT DES LUTINS HUMAINS, MEME S’ILS SONT SI COCOASSES, ET CELA LES FAIT UN PEU DIVINS! -EUX? TU CHERCHES MIDI A 14 HEURES! LES ETRES HUMAINS NE SONT QUE DES MANIGANCEURS RAVALANTS ET ASTIQANTS, MME. L’ETOILE! APRES  CELA, LES DEUX LUMINAIRES CELESTES DECIDENT DE PRENDRE UN POT AILLEURS, ET NOUS PROGRESSOSN DE PLUS… http://tts.imtranslator.net/P51P ENFIN, QUE NOUS SOMMES ARRIVES A NOPTRE DESTINEE, ET JE T’INTERPELLE: -CETTE CHALEUR-CI NE PEUT NOUS ENNUYER, VU QUE NOUS NE SOMMES ICI QU’EN ESPRIT! ET TU APOSTROPHES: -ET NOUS SUBCONSCIENTS N’EPILOGUENT PAS A L’EGARD DE DE CE QUE NOUS PERCEIVONS ICIC EGALEMENT L’UN ET L’AUTRE: LE TIEN, SUREMENT, TE FAIT VOIR DES GLACONS SUR LE SOL; TANDIS QUE LE MIEN DE LA GLACE DONT LE PARFUM EST CELUI DES FROISES! IL EST LA QUE NOUS AVONS NOTRE PREMIERENDEZ~VOUS, AVEC OTTO CHANUTE [L'AERONAUTE QUI EXISTA, SUR L'ECORCE PHYSIQUE DES CHOSES, ENTRE LE TEMPS DES FRERES MONTGOLFIER ET CELUI DE SANTOS~DUMONT] AFIN QU’IL NOUS RENSEIGNE SUR L’APPAREILLAGE ASTRAL.http://tts.imtranslator.net/P51Z -NOUS SOMMES ICI, GLOSSE~T~IL, A L’EQUIVALENT ASTRAL DE BUC, L’ENDROIT OU ROLAND GARROS, LE PREMIER NAUTONIER A CROISER LA MEDITARRANEE, OUVRA UNE ECOLE D’AVIATION [BIEN~ENTENDU QUE LA CHARACTERISTIQUE LA PLUS CELEBRE DU MONDE ASTRAL EST SA MICROGRAVITE]. ET, A~COUP~SUR, M. CHANUTE CONCORDE EN FIGURE AVEC UN POISSON D’AVRIL SE PRECIPITANT SUR LES VAGUES! NOUS NOUS ECRIONS: -MAIS, NOTRE PERIPLE N’EST QU’EN ALLER~SIMPLE, PAS DE TOUT EN ALLERTOUR, ET AU CENTRE~VILLE DE L’ASTRAL SEULEMENT, TOUT DROIT AU BOUT DE NOS LITS, A DEUX MINUTES DE L’UNIVERS PHYSIQUE! -JE SAIS. SUIVEZ JUSQU’A LA STATION~SERVICE AUX VOITUREVES…http://tts.imtranslator.net/P51b PLUS LOIN, HELAS!, JE NE POURRAI VOUS SECOURIR SI VOUS NE VOULEZ PAS QUE DEMARRAGER -CERTAIENMENT, MSSRS.! POUR D’AUTRES, ELLES AURAINET ETEES DES DRAGONS; MAIS, PUISQUE VOUS ETES VENUS DU VINGHT~ET~UNIEME SIECLE, VOTREVASSERIE LES VOIT COMME~CA… QU’EST~CE QUE VOUS FAITES DANS LA VIE? TU ELUCIDES: -MA BESOGNE EST AVEC LES MEDICINS; MAIS MON COPAIN ICI, IL EST DANS LA GEOLE! -O, N’EN SUBEZ PAS DE TROP: LA VIE INCARNEE N’EST QUE LA SEANCE AU CINEMA DE L’ETERNITE, ET AU~DELA IL FAIT DOUX, SI VOUS VEUILLEZ PARLER DE LA PLUIE ET DU BEAU TEMPS, DE TOUT ET DE RIEN, DE L’ETRE ET DU NEANT! APRES, NOUS MARCHONS ET NOUS MARCHONS ET AINSI NOUS NOUS TROUVONS A L’ECOUTE  LA OU TOUS LES DEUX -LES POURPARLERS ET LES APARTES- S’EMBROUILLENT AUTOUR LES MOTS, CAR NOUS NE SOMMES SOURDS AUTANT QU’IDIOTS:http://tts.imtranslator.net/P51e A VRAI DIRE, BIENTENDU QUE NOUS SOMMES DES FRANCAIS, POUR NOUS LE RIDICULE EST ALORS PIRE QUE LE DECES, QUOIQUE NOUS SOMMES SAISIS PAR CE QU’ON APPELE le fou rire [EN VERITE, DE SURCROIT, NOUS AVONS DEUX QUALITES QUE LES FRANCAIS AIMENT BEL ET BIEN: NOUS ENTRETENONS DES CONCILIABULES ETINCELLANTS, ET NOTRE DESINVOLTURE\AMENITE EST GRANDE {DONC, OU NOUS APPELE les rats}].http://tts.imtranslator.net/P51g A LA FIN, NOUS NOUS ENVOLONS DANS UNE SOUCOUPE DITE mes vers auraient d’ailes D’APRES UNE POESIE DE VICTOR HUGO, ET, DE CETTE~FACON~CI, NOUS NOUS DISTANCONS DU CODE PENAL DE 1791. LORS NOUS LA GARONS TOUTE PRES D’UN ARMOIRE AFFICHE LISANT « J’AIME, DE VOS LONGS YEUX, LA LUMIERE VERDATRE! [UN VERS PAR CHARLES BOUDELAIRE ACCOMPAGNE DE LA MUSIQUE DE GABRIEL FOURE], ET SUR LEDIT PLACARD UNE ALOUETTE ESSAIE DE CHANTER: -SI QUELQU’UN DEVIENT D’UN LAID MINET AMOUREUSE, / CELUI~CI PARAITRA SANS AUCUN DOUTE UNE ROSE! AU~DELA, IL Y A DES CHAMPS VERDATRES ET ENSEMENCES DE ROSES: A SAVOIR, LES PLACES PIGALLE ET DE LA VENDOME, UNE CREMERIE SUR UN VERSANT DE MONTMARTRE, L’ELEGANT AVENUE MONTAIGNE, 71 BOULEVARD ST. GERMAIN [OU FNAC:SPECTACLES A SON ADDRESSE], LA RUE DE LA SAINT DOMINIQUE AU FAUBOURG SAINT GERMAIN, LA RUE HAMMELIN, ET LE VALOI~PERET DANS LES BANLIEUX DE PARIS, SANS OUBLIER LA GARE DE SAINT!LAZARE, L’HOPITAL BROLLA; ET VERSAILLES, OU L’ON DOIT SE SIGNALER POUR SERVICE AU HOTEL DES RESERVOIRS.http://tts.imtranslator.net/P51j

LA-LA CITY: L’ARCHITECTURE DE LA VILLE AUX ANGES DE LA CALIFORNIE

Créé par le 25 juil 2012 | Dans : Non classé

 

      1. Quand je suis d’abord venu ici,  il y en a deux ans, de la tôle, je sens les arbres trapés, et le tout comme un film d’Hollywood…C’EST A DIRE, ICI, A LA VILLE DITE DES ANGES, OÙ JE SUIS PARVENU D’ABORD ET OÙ JE TOUJOURS TROUVAIS DES HOMMES DONT LES SOULIERS ETAIENT DIFFERENTS, CELUI GAUCHE DE CELUI DROIT; ET PARTOUT   DES CHATS (BIEN QU’Y ON NE SE RENCONTRE GUÈRE AVEC EUX ICI) ET MÊME DES STATUES AUX LIONS (OR, LES ANGELES ONT AUSSI DES STATUES QU’UR DES CHALDEES, ET DES FOUNTAINES D’EAU QUE RÔME; ET VOICI QUE SES GENS S’HABILLENT SOURTOUT EN NOIR!)  http://tts.imtranslator.net/OhWz
      2. En outre,
      3. les signes qui marquent les noms des rues sont en biais, et ainsi, quand cettes-ci sont obliques, comme c’est le cas avec Saint-Vincent, on prend généralement la mauvaise route! Il y a aussi beaucoup de venelles qui traversent les pâtés de maisons; par exemple, celle où l’Alliance Française a été construite et celle où le société Rudolf Steiner est placée, sont comme ça.
      4. Et,…
      5. à la plage de Venice de la Californie, je trouve des hygiéniques très semblables à ceux de la tôle, mais si ceci on va à s’amuser… bon, j’aime ce plage parce qu’elle est tellement sauvage, et parceque les gens ici sont un peu romanichels.   http://tts.imtranslator.net/OhX1
      1. Bon,
      2. Hier, c’était mon anniversaire. J’ai commencé la journée en visitant deux lieux spirituels à Los Angeles, où j’habite. Tout d’abord, je suis allé à un endroit avec le métro traversant, vers le Levant, la rivière locale. Vers le Sud, on y pouvait voir les Suites de la  Nouvelle Baie, annoncées par une peinture murale d’une dame du XIXe siècle portant un panier de fruits. Et, dans la direction du nord, il existait la Tsigane Borgne {one-eyedgypsy.com}; mais, à l’ouest, ils ont construit un temple pour le samouraï qu’inventa la dévotion de la Terre Pure et qui était expatrié à travers un détroit à cause de cela (il existe à Los Angeles deux autres statues des grands hommes devant lesquelles j’ai sangloté: celle de MacArthur dans le parc qui porte son nom, et celle de Sun Yi Xian qui est placée dans le quartier chinois). Ensuite, j’ai visité la cathédrale, car elle est construite dans un style abstrait qui aide ma clarification mentale (afin de refléter plus émotionnellement, je vais les bains turcs, et je m’assieds là par un foyer extérieur au milieu des arbres). A ce moment-là,  je me suis assis là-bas sous le portrait de Ibaraki Saint Louis Ibaraki}. J’ai terminé mon périple en visitant le parc des chiens heureux à l’arrière de l’Académie de police et au coin de quelques monuments obèses où les jambes ne peuvent pas être distinguées des têtes.   http://tts.imtranslator.net/OhX4
      3. En tant que témoin de Jéhovah jeune, je prêchais dans les environs de ma ville natale, au moyen de monter à cheval comme Wesley, le long des vergers de terre végétale au parfum. Or, je suis à Santa Fe Springs, la Californie, parmi un jardin potager, un aquarium de nager, une statue de et Peter Pan volant avec la famille Darling, et une bibliothèque dotée avec une cheminée: et pourtant, cette ville est née de pétrole et de labeur! Plus, Quand j’étais un tout petit garçon, j’aicompris que je n’avais pas besoin de céder au bizutage une fois que j’ai réussi à surmonter facilement un compagnon de jeu bassineur au moyen de mon élan vampirique seul (un disciple de Yogananda a parlé d’une expérience similaire dans son autobiographie).Aussi, j’ai fini par remarquer que les tyrans de mes jeunes années grandirent à être plus faibles que moi en raison d’une vie moche et des vices. http://tts.imtranslator.net/PjnO

      4. Plus de l’architecture:
      5.  En à peine un mouvement de balayage je suis allé sur trois endroits où des petites choses délicates étaient affichés: des Sautoirs Colliers en argent, des bimbelots et des friandises: cela c’est de l’architecture aussi!

      6. *********************************************************************************************************************************************************************************************
  1.             Un recit sur Los Angeles:

  2. LA-LA CITY: L'ARCHITECTURE DE LA VILLE AUX ANGES DE LA CALIFORNIE

    “Sauvée!”, par Winlow Homer.

  3.                                         1. LES OISEAUX DE LA TANTE.

  4.  http://tts.imtranslator.net/O3Xp

    2. « MON CHOIX DE RESTER DANS LOS ANGELES N’A PAS ÉTÉ VOLITIVE … Au temps de là, parmi les chamans qu’étaient les fondateurs de ma lignée, les femmes étaient, selon la règle, les  Naguals [gourous], ainsi que leur pragmatisme -le produit naturel de  leur féminité-, mena ma LIGNÉE vers quelques puits d’où  celle-ci  parvint à peine à  émerger! ». -Carlos Castaneda, « Le côté actif de l’infini”.  http://tts.imtranslator.net/O3Xe

    3. Danielle, une femme, donna à ma tante  {une autre dame [qui habite dans une voiture décapotable]}, un aviarie en cadeau de  NOËL, puisque cette dernière était la conjointe d’un archéologue-détective aux mondes spirituels: http://tts.imtranslator.net/O3Xm

    4. un fou de Bassan [autrement dit un sulidé] dont l’ovum ressemblait un point-virgule gonflé puisque celui-ci était une planète faite de granit afin de ressembler une grenade à couronne; http://tts.imtranslator.net/O3YN

    5. un chevalier semipalmé au milieu d’une couvée analogue aux perles peintes par Jean-François Millet et entourées par les ombres illogiques de l’illustrateur Anton Stankonski;  http://tts.imtranslator.net/O3YL

    6. une femelle de bécasseau, celle-ci en question portant leur oeufs en bessons et sosies de ce gars qui, pendant la seconde guerre punique, fut puni dans l’intime et le plus privé de son jaseran, donc il devint un eunuque [un chapon];http://tts.imtranslator.net/O3YH

    7. une harle huppée ayant mis leurs en sac tel que ce c’est le cas aussi dans les chef  d’œuvre d’art de Van Der Brughen dite “Les parieurs”, dont les habillements sont si invraisemblables!;  http://tts.imtranslator.net/O3YG

    8. De plus, inclus dans ce troupeau, il y avait: une paruline  passériforme , ainsi que appartenant aux, ou au moins se rapportant aux passereaux [quoiqu’elle se portait paresseuse aussi!], donnée itou à ma tante par Danielle et portant des shorts de marche et une chemise, et voici que ses germes  avaient reproduit l’apparence aux lingots de quartz;  http://tts.imtranslator.net/O3YF

    9. une buse à épaulettes [qui, vous en misez!, diffère tellement d'un faucon crécerelle!]  poussant des cris rauques selon le tempo et le rythme de  Béla Bartók, car il s’avérait être un ptérodactyle parvenu de la Belle Epoque et, en outre, quasiment un vampires, il dormait dans un catafalque.  http://tts.imtranslator.net/O3YE

    10. Il y avait aussi: un gorfou sauteur lequel prétendait être, lui, un perchiste de ceux qui bondissent la gaule et même l’outrepassent faisant un matraquage très semblable à celui d’ un psalmiste qui bouquine le Psautier; http://tts.imtranslator.net/O3YC

    11. une colombe biset au raffut chambardant tout comme le ramdam de Bach ou le cliquetis de Dvořák ou,oui, le barouf de Béla Bartók et encore bruissant, en fonction de l’ordre du zéphyr et de la bruine, comme la totalité de leur tribu eurhytmique [nommément, celle de tous eux qui braient et sont ainsi lauréats du Puy... il faut que je m'amuïs!]; mais, inversement, les germes de son genre sont vraiment continuateurs de la modèle fournie par le fruit du millepertuis et par les taches Rorschach et une futaille de la capacité d’un muid;  http://tts.imtranslator.net/O3YA

    12. l’un des Paridés, une mésange nonnette ayant un stridor propre aux mensonges de Strauss;  http://tts.imtranslator.net/O3Y8

    13. une autre mésange, buissonnière ou il se peut que charbonnière ou boréale, déguerpissant du portrait de Hans Von Sibbert Heistch  intitulé «Le courroux»; http://tts.imtranslator.net/O3Y4

    14. un grèbe esclavon à qui lui convenait être un rebelle et avoir ses oeufs reflués sous la forme de caillasse;  http://tts.imtranslator.net/O3Y2

    15. une sitelle, son croupion blanc bien visible,… elle se livrait à la débauche!; http://tts.imtranslator.net/O3Y0

    17. un martin-pêcheur svelte comme Roosevelt, car ils devaient être tous les deux celtiques;  http://tts.imtranslator.net/O3Xv

    18. un foulque, bonhomme mignon toujours commutant depuis Beyrouth vers la route de la soie, c’est plutôt à Prague qu’il esquive, après la mode des masseurs, tous les outres oiseaux. Et voici son message:   http://tts.imtranslator.net/O3Xt

    19. « DANS MON CORPS ASTRAL je suis sortie en fonction de l’ordre montré sur la toile “Le suicide a l’aube” de Brunier  Los Angeles

    ainsi que sur celle de Saint_Ours “Psyche enlevee par Cupide »  oiseaux,là où trois autoroutes à péage s’étendent au-delàde la rue de l’Orme, à la Ville des Anges” … http://tts.imtranslator.net/O3Xq

    20. « Mensonges! », interrompt la mésange buissonnière, “c’était sans doute la rue Omar ce qui conduit au temple Jokhang [Chinois: 大昭寺]”.

    21. « Mais non, et non plus la rue Ogden, Ord dans le quartier chinois, Ombu  au Jardin Botanique ni aucune autre au démarrage du son « OH»: Orr and Day, Olin, Knoll Oaks et analogues et similaires … ni non plus avec «Ah», telles comme Aliso, Le Juge Aiso, Avalon, Alameda, Alhambra, Alondra, Artesia, Arcadia,  et ainsi de suite cetera”. http://tts.imtranslator.net/O64N

    22. A cet instant, un autre oiseaux [je ne sais plus lequel: un seul andain d'une blancheur traversait ses cheveux noirs comme la coloration d'une pie; ses sourires s'estompaient presque aussitôt leur naissance; l’inconfort dans son visage était comme l'expression de ceux qui voient certains de leurs proches manger des grillons vivants] dit: “Il y a aussi la carrefour Effie-Griffith-Hyperion, la rue montante Edloft  et la rue Sheffield dans Los Angeles -toutes les trois rappelant des elfes… http://tts.imtranslator.net/O5SB L’histoire de la conquête des dieux par des mortels qui nous semble tellement inaccoutumée et davantage dissemblable, c’est  néanmoins typiquement celtique; or, bien que la logique de cela ne semble pas être très convaincant pour da Vinci et nos esprits modernes, les elfes sont dits satisfaits avec elle, parce que c’était le certitude celtique que les hommes étaient des descendants du dieu filiforme, et qu’ils sont arrivés de la contrée la plus marécageuse d’elles toutes  afin d’ici prendre possession du monde agonique, actuel; voire, que l’Espagne représentait l’Hadès et l’Élysée celtibère: http://tts.imtranslator.net/O5SC  les os et les armures du “premier parmi des égaux” peuvent, elles, encore être trouvées dans cette tombe honorée, mais puisqu’ il avait peu de désir réel pour les gouverner, nous allons maintenant le regarder sous un jour moins sépulcrale: “Volontiers je le ferai car j’ai été dans de nombreux acabits coutumiers avant que j’ai atteint une trempe agréable!”, ainsi lui, Euchaid le druide, autrement dit Pwyll, le prince de Dyfed,  une fois il fait irruption dans un poème deux fois préservé,  quand il posa son pied droit sur ​​ce sol armoricain, http://tts.imtranslator.net/O5SN et vraiment  sachez que, à la droite des indiens,  il y a une peninsule, appelé la Californie, très proche du côté du Jardin d’Eden , et laquelle a été peuplée, sans qu’il y avait là entre elles un homme, par des femmes qui ont vécu à la manière des Amazones: elles étaient aux beaux corps et robustes dont le courage et la force vive étaient grands; leur presqu’île aussi étant la plus forte dans le monde à cause de ses falaises abruptes et de ses rivages rocailleux. Leurs armes étaient tous de la même métal: l’électrum, et de même les harnais des bêtes sauvages qu’elles étaient habitués à dompter afin de leur  monter,  parce que leur isthme avancé n’avait pas d’autres métaux que le dit orichalque. http://tts.imtranslator.net/O5SO Voire, cette peninsule,  elle, est  la vallée insulaire de Hy-Brésil où aucun vent ne souffle bruyamment et par rallonge elle  se trouve profondément dans un pré heureux et elle  est belle en raison de ses pelouses qui semblent sans faille à des vergers dont les  ormeaux  sont à têtes comme celles des roses [des roues de couple en verticille];  et les roses, elles, sont veloutées au toucher comme des œillets, pas soyeuses comme elles-mêmes devraient l’ être… c’était une merveille, une cour royale, un coteau admirable! Ce qu’est devenu ce pays est un mystère, même pour l’auteur!” http://tts.imtranslator.net/O5SR

    23. Moi, l’auteur, j’étais persuadé que je ne voulais pas savoir qu’aucun des deux histoires [ajoutez à cela le fait que son eau de Cologne faisait mes genoux faibles!]; donc, je n’ai pas répondu, ni demandé des précisions. Plutôt, je trille cette roulade: “Le mobilier ne correspondait pas au reste de la décoration!”. http://tts.imtranslator.net/O5S9

    24. Fort heureusement, un dernier oiseau nommé Marc Bourgeau et qui était un croisement entre un de ces goélands qui errent Los Angeles au lieu de pigeons, et un hibou ou chat-huant, a bien chanté http://tts.imtranslator.net/O64o : “Je ne suis pas de tout ‘PERSÉCUTÉ, proscrit, chassé de mon asile’, comme le disait le poète Claris de Florian, mais je doit dire que Los Angeles a fontaines d’eau de plus que Rome. Dans cette ville il ya plus de statues qui existaient à Ur des Chaldéens, mais pas d’Hildegarde de Bingen, même si elle atteint sa première année de vie quand la première croisade a eu lieu, et la seconde lorsque quelqu’un a commencé à écrire La Chanson de Roland et Geoffrey Monmouth était né. http://tts.imtranslator.net/O69G  Elle avait 22 ans quand un auteur nommé Omar Khayyam écrit le Rubaiyat, et 37 lorsque Chrétien de Troyes était né. Cette nonne était de 14 au moment lorsque Aliénor d’Aquitaine, célèbre en raison de la première Renaissance, la Catholique, était un bébé, et 66 lorsque le antipape Paschal est devenu le premier de tous. La Mère Supérieure de Bingen a quitté ce monde l’année que les Cathares ont été persécutés et un avant la naissance de saint François d’Assise. Sa vie a coïncidé avec la construction de la cathédrale de Jacques  de Compostela en grès rose. http://tts.imtranslator.net/O69N. Elle a dit à Bernard de Clairvaux: ‘Depuis mon plus tendre enfance je n’ai pas même pour une seule heure vécu sans inquiétude’. http://tts.imtranslator.net/O69d. Et elle a composé Cantiques en latin, comme celui-ci http://tts.imtranslator.net/O6E9 : ‘Inter vos fulget hic artificex, paries templi, qui desideravit alas aquile, osculando nutricem Sapientiam in gloriosa fecundidate Ecclesie’. http://tts.imtranslator.net/O6E6  Et elle a peint Dieu avec trois ailes sur l’univers au carré, et elle a peint l’Éternel se projectant  lui-même dans un fœtus, et elle a peint le démon  comme le symbole qui Zelchin a considéré d’être la douzième planète et aussi comme le monstre Tiamat.http://tts.imtranslator.net/O6EW Ainsi qu’elle valait!”

    LA FIN DU CONTE http://tts.imtranslator.net/O6Eb

12

Echange avec Thessalonique |
News From Elsewhere |
2 semaines en Italie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Echange avec Stuttgart
| Echange avec Orebro
| CARNET DE VOYAGE